Être face à un choix peut devenir un vrai casse tête ! Il n’y a pas de mauvais choix… mais notre mental a peur et brouille les pistes. C’est la période de doutes qui est difficile à  vivre, une fois la décision prise, on se sent libéré, plus léger ! Voici quelques astuces pour passer ce cap.

 

J’étais moi même face à  ce problème aujourd’hui même. Je suis une spécialiste pour me casser la tête… Et pourtant je connais les outils, je les transmets mais mon petit vélo dans la tête continuait à me polluer. Une amie me conseilla d’interroger mon corps… tellement évident… j’ai d’ailleurs enregistré une relaxation qui s’appelle “Faire un choix”… et qui se trouve sur ce site je l’ai écoutée et j’ai décidé de vous écrire cet article.

Je vous joindrai l’audio en fin d’article.

En fait, c’est assez simple : on relaxe le corps afin qu’il se détache du mental, par la relaxation, la respiration… puis on pose ses 2 choix : le vert et le bleu ou le A et le B. Bien détendu, on imagine avoir choisi la solution A et se trouver dans la situation après avoir fait le choix. On laisse le corps s’exprimer : des tensions ? un bien-être ? gorge serrée ? détente ?… et on pratique le même exercice avec la solution B. En général, c’est évident. Je détaille cela dans l’enregistrement, il suffit de se laisser guider. L’important est vraiment de ne plus laisser le mental prendre le dessus, il est déjà occupé depuis des heures à vous casser la tête, si il avait la réponse vous ne seriez pas dans le doute ! Votre corps ne ment jamais, faites lui confiance !

D’autres techniques pour laisser la vérité s’exprimer est d’écrire, laisser aller son stylo par rapport au problème qui nous occupe, tout dire enfin tout écrire, des surprises pourront s’inviter sur le papier… Une autre technique est parler à voix haute ! Oui car des pensées peuvent se contredire dans votre tête… n’est-ce pas ? Lorsque vous parlez tout haut, ce n’est pas possible. Une bonne manière est de s’enregistrer et de tout lâcher, je vous promets que c’est surprenant !

Bien sûr, les Fleurs de Bach sont aussi d’un grand secours, Cerato pour laisser parler son intuition et l’écouter, Scleranthus lorsqu’on hésite constamment entre 2 choix, on balance de l’un à l’autre et White Chestnud pour calmer les pensées incessantes qui tournent dans votre tête. Ou encore Wild Oat, lorsque vous hésitez, vous vous dispersez, un pas en avant, 2 pas en arrière…  Fleurs de Bach

Parfois il suffit de prêter attention à des “signes“, on pose clairement la question et on laisse venir… on trouvera des réponses grâce à une phrase entendue à la radio, le titre d’un livre, la slogan d’une pub, un mot sur un tee shirt, une citation ou une conversation entendue ‘par hasard’… Certains ouvriront un livre et pointeront du doigt n’importe quel mot…

Les rêves sont également d’un grand secours, posez vous la question avant de vous endormir et souvenez vous à votre réveil, avant d’ouvrir les yeux, de ce qui vous apparaît ! Pour ceux qui porte de l’intérêt aux rêves, je vous conseille le livre : L’art de rêver de Nicole Gratton. Vous la trouverez sur YouTube, cela vous donnera une idée du pouvoir des rêves ! Magique !

On se sent tellement mieux après avoir pris sa décision ! Cela vaut vraiment la peine d’essayer !

Bon choix !

N’hésitez pas à mettre sur pause pour vous donnez le temps nécessaire pour bien descendre en vous.

Une pensée passe toujours par notre mental, c’est à dire par des filtres créés par notre ‘carte du monde’*, par nos croyances, nos peurs, nos conditionnements. Une intuition vient du cœur et est toujours la 1ère idée qui tombe du ciel.

 

Une intuition est toujours une bonne idée ! Elle sera toujours LA bonne réponse et c’est pour cela qu’il est utile de prendre conscience de la différence entre nos pensées et nos intuitions.

Nos pensées mentales (le mental ment…) se traduisent souvent par cette voix saboteuse qui nous chuchote : mais non, tu n’y arriveras pas, et comment vais-je m’en sortir ?, c’est trop cher, trop loin, trop dangereux, trop facile, pas possible… Ces pensées sont reliées au passé ou à l’avenir.

Par contre l’idée intuitive est toujours liée au moment présent et précède souvent la voix saboteuse, la pensée mentale. Et c’est cette idée-là  qu’il faut capter sans laisser le mental la détruire ! Pour prendre conscience de cette différence subtile entre la pensée et l’idée intuitive, soyez attentif lorsque vous cuisinez par exemple, une idée vient et vous la suivez (une épice inhabituelle, un mélange original, …), ou bien vous êtes dans vos pensées et tout à coup l’idée d’envoyer un message à X ou l’idée de changer de place un objet, ou une idée pour un job en cours, …. Suivez cette idée ! Attrapez-là ! Ce petit exercice développera votre intuition et augmentera votre dextérité à suivre les bonnes idées, cela deviendra naturel et vous serez étonné du bien que cela vous apportera. Ne me dites pas qu’il ne vous est jamais arrivé de vous dire : Mais oui, je le savais… j’y avais justement pensé… c’est dingue cette coïncidence… on en parlait justement… rhooo je le sentais !

« L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. »
A. Einstein

Notre mental fait plein d’erreurs pour se donner raison, il boycotte notre imagination, tue notre intuition. Le mental n’est pas notre maître comme on nous l’enseigne, il est notre serviteur ! Utilisons ce merveilleux cerveau mais en gardant toujours notre liberté, nos rêves, notre ouverture d’esprit, notre esprit critique, … et réapprenons à écouter notre cœur et notre corps. N’ayons plus peur de nous planter, ce sont ces expériences qui  nous feront grandir !

Quand je me plante, je pousse !

Il y a plein de manipulations pour laisser le mental prendre le dessus : Si tout le monde le dit, c’est que c’est vrai (on a longtemps cru que la terre n’était pas ronde) | Si un expert le dit, c’est vrai… (1 expert ? il ne peut  pas se tromper ?) | on recherche toujours des informations qui confirment nos pensées | on se limite à 2 possibilités sans chercher d’autres alternatives | on donne une seule raison (celle qui nous arrange) face à une situation | on stagne dans ce que l’on connait, on a peur de l’inconnu,… le mental c’est l’égo, il veut nous protéger !

Si cela vous intéresse, plusieurs audios y sont consacrés dans la partie   : L’Ego | Le pouvoir des pensées | Faire une pause | La peur.

La question Pourquoi ? nous limite ! Pourquoi ?

Face à un problème, nous avons des ‘réponses intuitives‘ qui sont toujours de bonnes réponses. Mais tout de suite, on se pose la question du Pourquoi ? On se relie directement au mental qui ne peut nous communiquer que ce qu’il connaît, que ce en quoi il croit, comme déjà expliqué plus haut, notre fameuse carte du monde*. Comme notre mental veut avoir raison, il reproduit sans cesse les mêmes schémas, les mêmes raisonnements et cela bloque notre évolution et n’élargit pas notre champ de vision.

Ce que nous sentons est hyper instructif et peut nous aider à faire un choix par exemple (Relaxations : Faire un choix)

Nous avons perdu notre 6ème sens, il est pourtant inné mais notre mode de fonctionnement actuel, notre culture nous éduque à le nier, nous devons réapprendre à ‘sentir’, à ‘s’écouter’…. c’est dingue car cela devrait être aussi simple que respirer, voir ou toucher !

L’intuition c’est ce mélange entre l’instinct, le sixième sens, une émotion, …

A mon sens, il y aurait beaucoup moins de ‘malades mentaux’ (ils ne sont pas en accord avec le mental qu’on nous demande d’acquérir) si on ne coupait pas dès notre tendre enfance cette liaison avec notre Moi intérieur si riche d’enseignements et d’équilibre émotionnel. Si on ne nous mettait pas tous dans des cases, des boîtes boycottant nos élans, nos différences, en nous comparant, en nous menaçant de marginalité, de rejet, de prisons médicamenteuses, … si on franchit la ligne ! A l’âge adulte, la plupart d’entre nous sommes complètement déconnectés de nous-mêmes, nous fonctionnons comme des bons petits soldats… Puis certains pètent un plomb, d’autres dépriment, d’autres subissent, d’autres encore font semblant, d’autres encore sont en colère, critiquent tout, … puis avec l’âge, avec la conscience certains s’attellent à retrouver cette connexion et pour cela passent parfois par une maladie ou un burn out…

Vieillir est obligatoire, grandir est un choix

STOP à la question pourquoi ? :

  • Pourquoi nous coupe de nos réponses intuitives
  • Pourquoi nous relie directement à notre mental
  • Notre mental aime avoir raison et est limité par ses croyances, par sa propre carte du monde
  • Notre mental nous coupe du ressenti
  • Notre mental nous pousse à toujours reproduire les mêmes erreurs
  • Notre mental déteste l’inconnu donc ne nous pousse pas à prendre des risques
  • Ecouter notre ressenti, notre corps, notre coeur nous permet d’évoluer
  • S’écouter est hyper instructif

GO à l’intuition :

  • Prendre conscience de ces petites idées qui nous traversent
  • Suivre nos idées, expérimentons
  • Rechercher le silence, on entend moins bien dans le bruit, l’action
  • La nature, les promenades permettent ce lâcher prise qui calme le mental et laisse la place à l’intuition
  • La relaxation, méditation, respiration consciente sont d’excellents catalyseurs d’idées intuitives
  • Face à des questions, si l’idée ne nous vient pas spontanément, lâchons prise et écoutons tout au long de la journée, les idées ‘nouvelles’ qui nous viendront
  • Soyons attentifs aux signes, à ce qui attire notre attention, une affiche, une phrase dans un texte, les paroles d’une chanson, une conversation, une rencontre, …
  • Si tout va de travers, si on se cogne, une multitude de ‘pas de chance’ .. nous ne sommes pas sur la bonne route
  • Ne craignons pas de prendre un chemin différent, de dire ‘oui’ à une invitation que nous aurions refusé habituellement, de sortir des sentiers battus, … laissons nous glisser vers les surprises de la vie
  • L’intuition est comme le fait de savoir quelque chose sans avoir aucune idée de pourquoi on le sait, c’est l’inconscient qui  nous guide
  • Faisons nous confiance !
  • Réflexions : Se rapprocher de Soi

*Carte du monde : c’est la carte que nous nous sommes créées depuis notre naissance via notre éducation familiale, scolaire, nos expériences, notre culture, … nos conditionnements. Imaginez une plaque de métal et dites-vous que chaque fois que l’on vous ‘apprend’ quelque chose, cela forme un trou qui laisse passer un rayon de lumière à travers la plaque. Par exemple, enfant, on vous a répété que rester calme sans se faire remarquer était une bonne chose, qu’avoir beaucoup d’argent était automatiquement lié à de la malhonnêteté, que la vie c’était dure, que les hommes étaient tous lâches, que les femmes étaient faibles, … que l’énergie nucléaire c’était la meilleure solution, qu’il fallait se marier et avoir des enfants pour être heureux, … la liste est sans fin. Le mental a besoin d’avoir raison donc il va toujours regarder par les mêmes petits trous et percevoir uniquement les situations qui confirment ses croyances. On ne voit que ce que l’on croit. Et cela nous limite à d’autres possibles. Voyager, découvrir d’autres cultures est très enrichissant et élargit cette carte du monde !

 

Le génie en toute chose est une intuition.
Honoré de Balzac

 

Il n’y a de science qu’avec l’intuition et la déduction
René Descartes

 

« Si nous suivons nos intuitions, nos aspirations, nos idées et nos désirs personnels, nous ne devrions jamais connaître que joie et santé. »
Docteur E. Bach

 

Un petit exercice ludique assez ‘bluffant’, je trouve. Ne vous posez pas trop de questions en le mettant sur papier, vous cogiterez dans un second temps 🙂

Prenez une feuille de papier et transcrivez ce que vous ressentez face à l’argent en mentionnant le mot ‘argent’ dans chacune de vos phrases.

Par exemple : “Je dépense de l’argent sans compter”

Ecrivez autant de phrases que vous désirez et qui soient en accord avec votre comportement face à l’argent.

Allez-y puis revenez et écoutez ceci !

Interpellant non ?

A présent, prenez conscience de vos besoins affectifs d’après cette liste et trouvez les solutions pour satisfaire vos besoins par vous-mêmes sans chercher à les combler par l’extérieur, sans demander à votre conjoint(e), vos amis, vos parents, vos enfants de vous remplir ce vide…

“Je commence à me donner ce qui me manque”

Assouvir mes besoins affectifs est la base du socle pour m’élever, pour trouver la paix et l’harmonie.

Une autre prise de conscience est de lister ce que j’ai besoin de l’autre, ce que je demande à l’autre. Demandez vous si vous pouvez lui donnez également… ? Je ne le pense pas. Par exemple si vous avez besoin que votre conjoint vous rassure, serez-vous capable de vous rassurez vous-mêmes ? seriez-vous capable de le rassurer ? Alors, est-ce que cela tient la route de demander à l’autre quelque chose que l’on ne peut pas se donner, ou donner aux autres… Et dans le cas où votre conjoint remplit ce besoin, imaginez ce que vous ressentirez le jour où il ne sera plus là pour le faire… ? Vous vous écroulerez, vous lui en voudrez, ce n’est pas son rôle, vous vous rendez dépendant(e) de l’autre, à vous d’apprendre à vous rassurer par vous-mêmes ! C’est une des clefs du bonheur !

Comme toujours, être responsable de sa vie, sortir de ces ressentiments face aux autres (conjoint, parents, famille, collègues, …), chacun fait ce qu’il peut, chacun est sur sa route, à son rythme. Ne tombons plus dans le piège du triangle infernal (sauveur, victime ou/et  bourreau).

Ce travail sur soi-même se fait pas à pas, je n’ai pas la prétention de vous coacher sur comment sortir de vos travers amoureux mais je trouvais ce petit exercice ludique et pour moi, criant de vérité. J’ai donc ressenti l’envie de le partager.

N’hésitez pas à partager vos commentaires.

On récolte que ce que l’on s’aime

Je souhaitais vous partager ce témoignage de Tal Schaler qui en déroutera certains mais qui à mon sens est vraiment une mine d’or d’éclaircissements, de remises en questions, de solutions pour la santé de chacun de nous.

Il est clair qu’avec ce médecin on sort des sentiers battus ! Mettons en veilleuse nos aprioris et dépassons nos croyances limitantes, … N’est-il pas réjouissant de s’ouvrir à d’autres points de vue !

 

La gratitude est un concept très en vogue pour le moment. Au début, je vous dirais que j’étais un peu déroutée par ce terme. Je comprenais bien que la gratitude avait un rapport avec le fait de remercier mais je ne percevais pas la subtilité.

Vous préférez écouter plutôt que lire ? Voici l’audio de cet article :

Il m’a suffit de chercher son antonyme pour ressentir vraiment sa signification. L’ingratitude, ce terme nous le connaissons tous…  et bien c’est le contraire tout simplement.

Vous avez certainement déjà entendu à quel point le fait d’exprimer sa gratitude produit une transformation, une amélioration de notre vie à plusieurs niveaux. La science a démontré sa force de guérison, l’augmentation de l’estime de soi, l’augmentation de la dopamine, l’amélioration de nos relations, de notre bien être, de notre qualité de vie, augmentation de notre résistance immunitaire, la régularisation de notre pression artérielle, la diminution du stress et de la dépression.

Il me semble donc intéressant de se pencher sur l’expression de cette gratitude et de nous conditionner à exprimer, ressentir cette gratitude pour tout ce que nous avons, tout ce que nous voyons, tout ce que nous sommes, toutes nos relations, …

Il va de soi qu’exprimer sa gratitude nous permettra d’évoluer vers un mieux être mais surtout de ne plus ressentir d’ingratitude, qui a contrario pourrit notre santé, assombrit notre vie.

Cette gratitude s’exprime avec le cœur, s’exprime pleinement, en conscience, en actionnant tous nos sens. Ressentir réellement que nous sommes heureux de vivre telle ou telle chose. L’idéal est de remercier dans un état alpha, un état de relaxation. Voici la relaxation profonde guidée : La gratitude

 

Voici plusieurs ‘gratitudes’ que nous pouvons ressentir :

1 | La première serait la gratitude pour ce que j’ai

Éprouver de la joie pour mes relations amicales, amoureuses, familiales, professionnelles.

Etre heureux de tout ce que je possède matériellement, mon lieu de vie, mes meubles, ma voiture, mes vêtements, …

Ressentir de la gratitude pour tout ce que je sais, toutes mes connaissances mentales intellectuelles, …

Etre content d’avoir un corps qui nous permet tant de chose, de pouvoir respirer, bouger, de se servir de nos 5 sens, …

Cela semble tellement normal mais en fait c’est magique…

Et à nouveau, soyons vigilant par rapport à l’ingratitude qui serait d’éprouver du manque (je manque d’argent, je manque d’amour, je manque de soleil, je manque de compétences, …) Se focaliser sur le manque est de l’ingratitude !

Nous possédons tellement de choses et  nous nous focalisons sur ce que nous ne possédons pas !

La vie nous donne tellement et pourtant nous sommes comme l’enfant qui reçoit de nombreux paquets à Noël mais se focalise sur le jouet qu’il espérait et qu’il n’a pas reçu.

Savoir que chaque fois que nous exprimons de l’ingratitude, c’est un peu comme si nous faisions une prière à l’envers donc on noircit le tableau du bonheur.

Ressentir de la gratitude nourrit notre inconscient et attire du positif alors que ressentir le manque produit le contraire et continue à créer ce manque.

Soyons à l’écoute dans notre quotidien de toutes ces situations où nous éprouvons du manque, transformons ces ressentis en gratitude. Ressentir de la joie pour tout ce que l’on possède, tout ce que l’on vit nous permet de ressentir de la gratitude qui attirera de bonnes vibrations, de bonnes énergies, …

2 | La deuxième facette est la gratitude pour ce que j’ai fait

C’est à dire ressentir de la satisfaction pour le travail fourni. Vous savez cette sensation de bien être que l’on ressent après avoir terminé une tâche importante, que ce soit un job professionnel ou avoir lavé ses vitres, repeint une pièce, écrit un article, un développement informatique, l’écriture d’un livre… Vous voyez une tâche qui nous a demandé de fournir des efforts avec patience et persévérance.

C’est l’ image des 2 faces d’une même pièce, les efforts fournis pour atteindre un but sont de la souffrance mais sans laquelle nous n’éprouverions pas le plaisir du travail accompli.

A nouveau, soyons attentif à l’ingratitude. Dans ce cas-ci, ce sont les sentiments d’avoir perdu du temps, de se reprocher de n’avoir pas assez fait, de n’avoir pas fait une marge bénéficiaire assez importante, de ne pas avoir fait ceci ou cela, que cela n’avance pas assez vite, que le résultat ne soit pas parfait, … Ressentir ces ‘manques’ est néfaste, nous sabote.

Au contraire, ressentons en fin de journée une réelle satisfaction de ce qui a été accompli. Cela nous donnera une énergie bénéfique qui boostera notre estime de soi.

3 | La gratitude face aux obstacles que j’ai surmontés

Et oui ! Prenons le temps de regarder en arrière et de prendre conscience de tout ce que nous avons réalisé jusqu’à ce jour, toutes les difficultés que nous avons surmontées, en commençant par notre naissance qui est déjà une difficulté, mais également toutes les épreuves de vie que nous avons eu le courage de surmonter (les échecs, les frustrations, les difficultés relationnelles, professionnelles, le dépassement de nos peurs, …). Nous avons tous surmontés des obstacles et nous pouvons nous en féliciter.

Quelque soit notre âge, nous sommes encore confrontés à nos peurs qui nous freinent dans notre évolution. Ressentir de la gratitude pour ce que nous avons déjà surmonté nous donnera la force de passer les épreuves suivantes. Focaliser sur nos échecs et éprouver de l’ingratitude face à ce que nous n’avons pas encore réussi à surmonter nous empêchera de nous améliorer.

Soyons fiers de ce que nous avons accomplis et cela nous donnera plus de force et de courage pour surmonter les prochains obstacles.

Remercions notre corps de régénérer chaque jour nos cellules, ce corps qui nous permet d’être vivant. Prenons soin de notre corps en mangeant sainement, commençons dès à présent car chaque jour qui se lève est un nouveau jour. A nous de nous purifier en buvant de l’eau en suffisance ce qui purifiera nos cellules et nous en ressentirons les bienfaits au niveau physique mais également sur le plan mental et le plan émotionnel. Mettons nos corps en mouvement, sport, promenade, danse, …

Trouvons la force et le courage de dépasser nos peurs souvent fondées sur des croyances limitantes.

4 | La gratitude de nos relations

Aimer, apprécier, complimenter les autres.. Etre heureux pour la réussite, la beauté, l’harmonie des autres. Arrêtons de nous comparer, personne n’est plus que l’un ou l’autre, chaque être fait ce qu’il peut, chaque être est unique et a sa raison de vivre dans ce monde. Nous sommes uniques mais tous reliés. Mal juger quelqu’un équivaut à mal se juger. Nos relations sont des miroirs, acceptons nous tel que nous sommes avec nos qualités et nos défauts, et apprenons à nous connaître, à connaître les autres, afin de se comprendre et d’établir des relations bienveillantes.

Avoir de la gratitude pour le bonheur des autres… alors que souvent nous les jalousons, envions, critiquons, … Prenons conscience qu’en jalousant par exemple notre voisin qui a une vie amoureuse épanouie ou un train de vie bien plus élevé que le nôtre, nous dégageons une énergie traduisant que nous ne trouvons cela pas juste, pas bien donc pourquoi voulez vous attirer cela dans votre vie ? Nous attirons ce que nous dégageons….

Donc en détestant la réussite des autres on envoie comme message que l’on déteste la réussite… Donc c’est équivalent à dire : je refuse de réussir, on créera les conditions pour que cela n’arrive pas…

Et cela va encore plus loin, si vous méprisez la réussite de l’autre en prétextant qu’il a eu de la chance, … cela veut dire que pour vous il est mauvais d’avoir de la chance et c’est ce qu’imprime votre inconscient, donc il ne vous donnera pas la possibilité de réussir grâce à la chance vu que vous ne trouvez cela pas juste…

5 | La gratitude d’accepter ce qui est

Éprouvons de la gratitude pour tout ce que nous vivons, le bon comme le mauvais, la lumière comme l’ombre, les expériences difficiles, les déceptions, la VIE

L’ingratitude est de penser que la vie est injuste, que nous n’avons pas de chance, que le malheur et la souffrance est un problème, ….

Cela reviendrait à dire que le froid est un problème par rapport au chaud, la nuit par rapport au  jour ou simplement le haut par rapport au bas,, … le monde est relatif et on ne peut pas vivre la joie sans avoir connu la tristesse… La gratitude est d’accepter cela ! Prendre la vie telle qu’elle est.
Le soleil est l’amour inconditionnel et il brille chaque jour même caché derrière un ciel gris.

Savoir que si nous sommes confrontés à des obstacles c’est que nous possédons la force spirituelle de les vivre, de surmonter ces épreuves nous réorienteront. Que ce soit une maladie, un conflit, un accident, … On apprend toujours quelque chose de ces difficultés. En être conscient  nous permet de les traverser positivement ! Tout ce qui nous arrive a un sens. Apprenons à écouter nos besoins pour progresser. Penser qu’un problème est en fait une solution, une piste pour progresser dans la vie et ça c’est de la gratitude qui permettra d’évoluer, de gagner en maturité.

C’est difficile à admettre mais la vie est comme une pièce de monnaie, il y a 2 faces, et l’une ne va pas sans l’autre, l’une existe parce que l’autre existe, …

Remercier d’être malade, d’être mal  jugé, d’être trahi, de se sentir seul, d’avoir échoué, d’avoir eu un accident, … Pas évident mais ayons la faculté d’observer ce que nous avons appris par nos expériences difficiles dans le passé. Nous ne serions pas les mêmes personnes aujourd’hui.

Prenons le temps d’analyser nos choix de vie, les chemins parcourus grâce aux obstacles.

Pensons à cela lorsque nous traversons ces périodes plus sombres.

Il est courant que les personnes ayant surmonté une grave maladie, un licenciement, une rupture compliquée, un deuil, un burn out, rebondissent et trouvent un vrai sens à leur vie, on dit souvent qu’il faut avoir touché le fond pour rebondir…

Soyons conscient que l’on ne perd jamais du temps, que rien ne sert à rien, que tout a une raison d’être !

Accéder à cette gratitude est se rapprocher de l’amour universel…

Toute ces gratitudes ne sont pas évidentes car nous sommes tellement conditionnés à fonctionner autrement. Nous sommes en fait très souvent ingrats face à tout ce que nous avons, tout ce que nous faisons, tout ce que nous vivons, …

Le 1er pas est d’en prendre conscience, puis de l’ancrer et de l’appliquer dans nos vies, à notre rythme avec des  hauts et des bas mais ne le perdons plus de vue…

Astuce : Noter chaque soir avant de dormir 5 raisons de dire : Merci

Merci pour votre lecture ! Prenez-soin de vous et remercier vous 🙂

Livre : Il n’y a pas de hasard, que des rendez-vous de Rita Badraoui

Ce petit livre sympathique pour vous mener vers le chemin du bien être, du bonheur, … A approfondir, bien sûr. Il se lit comme un roman. Son contenu est tout à fait en accord avec Adit-i et c’est la raison pour laquelle je vous transmets un résumé des conclusions.

Le cadeau mal emballé

Tout ce que je vis a un sens, une raison d’être. Les situations les plus difficiles sont des cadeaux… Ce sont des occasions d’apprentissage. N’apprenons nous pas plus de nos erreurs que de nos réussites ? N’apprenons nous pas plus des expériences compliquées que des situations sans accroc ? Combien de personnes expriment une nouvelle perception bien plus positive de la vie après une maladie, une rupture, un licenciement  ?

Lorsque je jette un coup d’œil derrière moi, que je me remémore une période compliquée de ma vie, il y a chaque fois une leçon à tirer, une évolution. Cette expérience m’a fait grandir et me permet donc de vivre plus sereinement aujourd’hui car j’ai compris. Il en est de même, bien sûr, avec les relations, les familles, …

Pour ceux d’entre vous qui sont ouverts à l’idée de la réincarnation, visionnez cette vidéo : la petite âme

En cherchant le cadeau dans chaque situation, chaque rencontre, ma perception des ‘tracas’ de la vie est bien plus positive même si je ne perçois pas toujours le cadeau dans l’immédiat. Il est juste mal emballé 🙂

Les 5 blessures

Le rejet, l’abandon, la trahison, l’injustice et l’humiliation sont les 5 blessures dont nous souffrons tous à différents degrés. Chacun de nous porte 1 ou 2 blessures majoritaires. C’est un sujet fascinant que j’approfondirai dans de prochains articles.

Pour ne pas ressentir une blessure nous nous construisons un masque. Par exemple, une personne qui souffre de la blessure du rejet construira le masque du fuyant. Je me sens rejeté, je fuis, je me rends invisible et du coup je me sens encore plus rejeté. Je rejette à mon tour. Je vous conseille vraiment de lire le livre de Lise Bourbeau, les 5 blessures pour prendre conscience de nos propres blessures, de comprendre le mécanisme par rapport à nos parents, de cerner le masque que nous avons construit pour nous protéger. Réaliser que notre comportement ne correspond pas à notre ‘vraie’ personnalité mais à une personnalité que nous avons créé au fil du temps est vraiment une planche de salut pour notre évolution personnelle. Se comprendre, c’est s’accepter comme nous sommes, défauts compris.

En second lieu nous pouvons appliquer le processus sur nos proches, nos relations et, en les comprenant mieux, nous les jugeront moins, nous percevrons quels sont les boutons qu’ils actionnent en nous pour tant nous blesser, nous énerver, nous agacer.

Personnellement, ce fût un véritable déclic de réaliser à quel point les descriptions des blessures étaient criantes de vérité, pour moi, pour mes enfants, mes parents, mes amis, mes collègues, mes voisins, …

Le piège dans lequel il ne faut pas tomber est de se complaire dans sa blessure, s’en servir comme excuse. Accepter ses blessures est une chose importante, après c’est le masque qu’il faut enlever pas la blessure. Ce masque est comme un sparadrap qui à la place de soigner la plaie l’infecte.

Je suis passionnée par ce sujet dense et je vous transmettrai des résumés pour chaque blessure très prochainement.

Les émotions

Comme expliqué dans l’audio dédicacé à ce sujet AUDIO (Gérer ses émotions négatives), les émotions sont comme des voyants lumineux sur le tableau de bord d’une voiture.

Les émotions négatives, douloureuses se manifestent pour nous indiquer ça fait mal“, pour attirer notre attention sur ‘ce qui ne va pas‘, sur ce dont nous devons prendre conscience afin de préserver notre corps (notre véhicule) et notre être tout entier. Nier ces émotions nous rendra malade (le mal a dit). Apprendre à les accepter, à les ressentir dans notre corps (j’ai la gorge serrée, il me casse la tête, j’ai le ventre noué, j’ai des palpitations, j’ai la tête qui tourne, …) et puis dans un second temps à changer de comportement. Mettre le doigt sur ce que je ‘fais trop‘ ou ‘pas assez‘. Réaliser également dans les moments de joie ce qui nous apporte ce bonheur afin d’ancrer ce que sont nos valeurs, nos essences qui nous rendent heureux et qui nous indiquent le chemin à suivre !

Le moment présent

Encore un libre qui chamboule une vie : Le pouvoir du moment présent d’E. Tolle.

Tout le monde n’a pas le goût à lire ce genre de littérature mais cela n’empêche pas de prendre conscience de l’importance de l’intégration de ce principe : le seul moment qui existe est le moment présent.

Les ruminations, les émotions négatives sont souvent liées au passé (c’est passé, cela n’existe plus, on ne peut plus rien y changer !) ou aux soucis par rapport au futur (ce n’est pas encore arrivé, cela n’arrivera sans doute jamais, le futur n’existe pas !). La plupart du temps, il n’y  aucun problème dans le moment présent !

Nous sommes conditionnés à ne pas être à 100% dans l’instant. Nous fonctionnons avec une peur constante pour demain et tout est fait pour ça  | voir audio le cerveau reptilien/la peur et avec un jugement permanent par rapport au passé.

Revenir à maintenant est LA clef pour jouir de la vie.  | voir audio faire une pause. Plus nous serons dans l’instant,, plus nous vivrons heureux. Pour parvenir à vivre dans le moment présent, à s’éloigner des pensées désagréables, la piste à suivre est de connecter son mental à nos 5 sens | prendre conscience de l’odeur du café, du gazon, la sensation de nos mains sur un tissu, le goût de chaque cuillère de crème glacée, de tous les sons qui nous entourent, …

La méditation de pleine conscience est un des meilleurs outils (vous trouverez une multitude de relaxations dans les parties relax de la méthode – le step 3 n’évoque plus le tabac) pour vivre le moment présent. La conscience de notre respiration. Testez : 1 stress ? 1 contrariété ? faites une pause et respirez régulièrement en suivant vos inspirations et expirations | voir vidéo cohérence cardiaque/testez 5 min de relaxation. Appliquez cela n’importe où, n’importe quand et je vous garantis que la tension redescend immédiatement.

La gratitude

Lien Audio Sourire Plaisir Merci Pardon

Prendre conscience de tout ce que l’on a plutôt que de râler pour ce que l’on a pas élève notre énergie positive. Il y a toujours quelque chose pour lequel on peut être reconnaissant.

Ecrire chaque jour 5 choses pour lesquelles nous avons envie de dire merci. Cela changera votre perception de la vie et attirera de biens meilleures vibrations que celles dégagées par nos plaintes.

Un audio, une relaxation et un article seront consacrés à ce thème très prochainement.

Tout est énergie

Tous les éléments tangibles (personnes, objet, plantes, …) et intangibles (pensées, sons, émotions, …) diffusent une énergie qui a un effet sur l’individu. Prenons conscience de l’influence que nous avons sur notre entourage et inversement. Etre entourée de personnes négatives vous rendra négatif, entouré d’amis joyeux et bienveillants vous rendra heureux.

Choisisses bien votre entourage. Rita Badraoui cite cette pensée de Lao Tseu :

Surveille tes pensées, elles deviendront des mots
Surveille tes mots, ils deviendront des actes
Surveille tes actes, ils deviendront des habitudes
Surveille tes habitudes, ils deviendront ton caractère
Surveille ton caractère, il deviendra ton destin

Les fausses croyances

Lien Audio Les fausses croyances

Nous sommes formatés par notre éducation familiale, scolaire, par les médias, par notre entourage, … A force d’entendre toujours les mêmes choses, nous y croyons. Par exemple, à force de lire les faits divers, nous aurons peur d’être cambriolés, d’avoir un accident, … alors qu’avouez cela ne nous arrive pas tous les jours ! A force d’entendre que le chômage augmente, qu’il n’y aura plus d’argent pour nos pensions, que c’est la crise, nous avons peur de manquer… A force de croire que tous les riches sont malhonnêtes, nous ne seront jamais riches car nous sommes honnêtes. Les pensées se traduisent par de l’auto-sabotage : je ne mérite pas, je ne suis pas à la hauteur, je ne suis pas légitime, c’est trop difficile, je suis nulle, la vie est dure, il faut travailler dur pour y arriver, … Remarquez les montagnes que certaines personnes ont soulevées juste parce qu’elles y croyaient !

Faites vous confiance et soyez libres de vos pensées…

Décidez de votre avenir

Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va disait Sénèque

Audio Objectif

En déterminant clairement votre liste de ce que “Je veux” (et pas sur ce que je ne veux pas !), votre cerveau vous guidera vers des occasions, des rencontres qui vont dans le sens de vos désirs.

Soyez clairs, n’usez pas de la négation et répétez cet exercice car on évolue avec le temps.

Personnellement, je crée un tableau de visualisation chaque année et le consulte souvent pour bien ancrer mes objectifs. En fin d’année, je fais un bilan.

L’abondance

Comme déjà mentionné dans le paragraphe ‘Gratitude’, il est indispensable de porter attention à tout ce qui est présent dans notre vie et d’en ressentir de la gratitude.

Votre énergie vibrera à la même fréquence que les personnes que vous voulez attirer.

Eviter le jugement négatif, ne dressez pas des barrières mentales et autorisez-vous à recevoir.

Passez à l’action et persévérer (percez vous verrez)

Installez de nouvelles routines qui deviendront des habitudes : méditation/relaxation quotidienne, écrivez 5 merci dans votre cahier de bord, transformez vos pensées négatives en pensées positives, intégrez dans vos journées des changements que vous voulez atteindre, mangez sainement, prenez soin de votre corps, …  Notez vos progrès et fêtez vos réussites si petites soient elles !

Confiance en soi

Arrêtez l’auto-sabotage et ayez confiance en vos capacités. Prenez conscience de tout ce que vous accomplissez pour envoyez des signaux positifs à votre cerveau.

Audio Soyons positifs

Vous êtes uniques et êtes nés avec un potentiel infini. Vous méritez l’amour et l’abondance. Commencez la journée avec des affirmations positives. Listez vos forces et vos talents.

Développez un amour inconditionnel pour votre personne. Vous vous accompagnerez toute votre vie ! Prenez soin de vous !

Lâcher prise

Lâcher prise sur les résultats, rien n’est grave en définitive. Ne tombez pas dans le stress et les attentes… Laissez venir ! Sachez ce que vous voulez, exprimez le en détails (voir paragraphe ‘Décider de son avenir’) et faites confiance en la vie.

Calmez votre besoin de perfectionLa peur de ne pas bien faire nous empêche de faire… La sagesse est de cultiver son bonheur dans l’imperfection, nous sommes des humains. Lâchez prise sur le jugement d’autrui.

Bannissez de votre vocabulaire : “Je dois” “Il faut”

Tout cela vous paraît peut être sans fondement mais je vous promets que prendre conscience et appliquer ces différentes pistes petit à petit dans notre vie, chacun à sa manière, chacun par rapport à ses possibilités, la transformera. Comme toujours, prendre conscience est le 1er pas et le plus important.

Le but d’Adit-i est vraiment de permettre d’ouvrir des portes grâce à cette prise de conscience, de vous donnez l’envie d’approfondir votre développement personnel grâce à la curiosité, l’envie qu’aurait déclenché Adit-i, chacun de nous fera sa route et fera les rencontres, les lectures, … qui lui permettront d’avancer sur le chemin lumineux du bonheur.

 

 

 

 

Un petit très sympa pour apprendre à se connaître…

Voici 5 symboles, prenez une feuille de papier et redessinez-les dans l’ordre de votre préférence sans réfléchir, instantanément. Donc le symbole à gauche sera votre préféré et au bout de la ligne à droite, celui qui vous déplaît le plus.

Ne réfléchissez pas et classez les le plus rapidement possible.

Les résultats du test de Tsakura Ikadake

Ce test peut être refait dans un mois, dans un an et les résultats seront différents car nos priorités, nos choix, notre évolution personnelle évolue au fil du temps. Heureusement 🙂

La signification de chaque symbole :

La spirale signifie l’évolution, la croissance. le développement, l’expansion

Le carré représente la stabilité, les lois, les règles, le cadre, la structure, l’organisation, la sécurité

Le cercle représente l’identité, l’individualisation, être, notion d’unité, l’indépendance

Le triangle représente le but, l’objectif, la direction, le rêve, le projet

La croix représente le lien, la communication, les relations avec soi et avec les autres, ce qui se croisent

La signification de sa position :

  • Position 1 (la plus à gauche) : Indique ce qui retient mon attention aujourd’hui, ce dans quoi j’investis mon énergie, ma motivation. Domaine sur lequel mon énergie est centrée (préoccupation du moment).
  • Position 2 : Correspond aux dons, qualités développées, ressources sur lesquelles je m’appuie. Ressource connue, acquise, naturelle.
  • Position 4 : précise ce qui est acquis, qui est le fruit de beaucoup de travail, ressources acquises. Ce fut un sujet de réflexion et qui demanda du travail mais qui est complètement intégré.
  • Position 5 : spécifie ce qui est en friche, en développement. C’est une zone de difficulté en chantier pour laquelle je ne suis pas motivé mais que je n’ai pas besoin de la travailler car il se résoudra tout seul grâce au symbole en position 3 qui est le plus important
  • Position 3 : est le domaine qui est en friche, et qui est le plus important à développer, à travailler pour atteindre la position 1 et donner une réponse concrète au 5. C’est le domaine sur lequel je dois me centrer pour passer à l’étape suivante.
  • Les positions 2 et 4 sont les ressources, les forces laissées de côté et moins prioritaires.

Donc le symbole qui est en position 3 est le domaine le plus important à travailler pour le moment.

Personnellement le résultat de ce test était très judicieux.

Et vous ?

La Fleur de Vie est une figure géométrique composée d’une juxtaposition de 19 cercles égaux, reliés centre-à-centre.

Le Symbole de la Fleur de Vie est considéré comme sacré à travers de nombreuses traditions de par le monde.

Elle peut être utilisée dans notre quotidien pour protéger, harmoniser, régénérer, …

La Fleur de Vie a également été trouvée dans plusieurs endroits de la planète tels que l’Egypte, la Turquie, la Grèce, l’Irlande, l’Angleterre, Israël, au Mont Sinaï, en Inde, en Espagne et dans de nombreux temples au Japon et en Chine … Ceci à toutes les époques et dans toutes les cultures qui, selon les archéologues, n’avaient aucun contact direct. La Fleur de Vie a été étudiée et utilisée également par Léonard de Vinci et Platon.

Ces formes ont été analysées et ont révélé contenir les figures d’entre autres :

  • graine de vie
  • œuf de la vie (embryon)
  • plan de l’univers
  • solide de Platon (cube)
  • arbre de vie
  • couleurs primaires
  • ton et demi-ton (musique)
  • formules mathématiques
  • base de la structure ADN
  • les proportions du corps humain
  • la dimension et l’emplacement des étoiles, des planètes et des lunes

Il est troublant de constater que ce symbole se retrouve aux 4 coins de la planète et à toutes les époques… Le message contenu dans la fleur de la Vie est si important et pourtant occulté pendant des millénaires, même si chacun pouvait en découvrir la représentation ici ou là, dans une sculpture, une gravure ou un motif décoratif.

La fleur de Vie est comme son nom l’indique au bénéfice de la Vie. D’une énergie symbolique universelle surpuissante apportant protection, douceur et harmonie pour celles et ceux qui la porte ou la regarde. Elle est au service de la paix, de la liberté … Et bien évidemment aussi, de la réussite autant matérielle que spirituelle !

Au niveau symbolique, elle représente :

  • la connexion de toutes manifestations de la vie et de l’esprit
  • l’absence de vide, nous sommes tous reliés
  • reconnexion avec une dimension sacrée, originelle
  • favorise la communication avec le supra mental
  • active la guérison des blessures de l’âme
  • favorise la synchronicité, la visualisation, l’intuition

UTILISATION

  • Symbole de la fleur de vie peut être imprimé (un fichier pdf à imprimer se trouve ici FLEUR DE VIE)
  • Ne pas mettre dans la chambre à coucher, son effet dynamisant pourrait vous empêcher de dormir
  • Elle régénère, rééquilibre, harmonise, dynamise, protège et diminue les effets nocifs des ondes
  • Lieu de vie : harmonisation vibratoire, protection du lieu
  • AlimentsProduits de soin : Conservation, régénération, protection. Fleur à placer sous vos bouteilles, dans le placard, dans le frigo ou près de vos flacons d’huiles essentielles et végétales
  • Jardinage : Poser près des plantes en souffrance

Voici un exemple de traditions ancestrales méconnues qui je trouve vaut la peine d’être utilisée.

La simplicité volontaire ou sobriété heureuse est un mode de vie consistant à réduire volontairement sa consommation, ainsi que les impacts de cette dernière, en vue de mener une vie davantage centrée sur des valeurs définies comme « essentielles ».  Wikipedia

Sources : Minimalisme de Judith Crillen & Adit-i

Trop c’est trop :

Trop de déchets, trop de biens matériels, trop de choses à faire, trop de stress, trop de distractions, trop manger, …

Nous avons tous pris conscience du déséquilibre écologique que nous avons créé en surconsommant, la terre s’épuise par notre hyper consommation d’eau, de pétrole, d’alimentation, de viande, de bois, … et tout ce que cela implique sur la bio-diversité, sur la santé de notre planète. N’oublions jamais que nous ne pourrons pas vivre sans la terre mais la terre renaîtra de ses cendres, elle n’a pas besoin de nous ! Les humains ont utilisé la terre comme si elle leur appartenait, sans aucun respect, en l’exploitant au maximum et on peut constater aujourd’hui le résultat de nos comportements “toujours plus” “jamais assez“…

Ce comportement se lit aussi dans notre vie quotidienne : des agendas surbookés, des placards qui débordent, des maisons surchargées, trop de relations ‘superficielles’, … et cela nous éloigne de nos vraies valeurs, de notre essence.

Le minimalisme nous pousse à nous consacrer à l’essentiel dans tous les domaines. A ce qui a du sens, qui nous correspond vraiment : la bienveillance, le calme, l’amour, la créativité, la paix, le silence, la joie, l’authenticité, …

Comment s’écouter dans tout ce brouhaha, comme voir l’important quand il y a tant de ‘choses’ inutiles, comment communiquer avec le cœur quand on ne prend plus le temps pour être disponible.

La simplicité volontaire nous donne l’énergie et la motivation nécessaires pour nous rapprocher de nos rêves, de ce que nous désirons vraiment. Etre en harmonie avec soi et avec les autres en fonction de nos choix, de nos valeurs, de nos besoins et envies. Moins se perdre dans le superflu, nous autorise à mieux nous connaître, à mieux nous accepter tel que nous sommes, nous contenter de ce que nous avons sans toujours vouloir plus en prenant conscience que ce n’est pas un besoin, c’est juste une pulsion, une habitude. Que nous devons privilégier la qualité à la quantité dans tous les domaines.

Notre société nous pousse à croire via la pub, entre autres,  qu’acheter, posséder rend heureux… mais c’est tellement faux. Ce sont de fausses croyances. Vous êtes satisfait quelques heures, quelques jours de votre nouvel achat et puis… il en faudra un autre. C’est une dépendance. Dites moi, combien de fois avez vous acheté des produits en solde en pensant faire une bonne affaire ? La meilleure affaire aurait été de ne rien acheter !

Se débarrasser également de nos peurs, le peur de manquer, la peur de regretter, la peur de faire de la peine, de blesser lorsque l’on refuse une invitation par exemple.

Voici quelques pistes pratique pour agir concrètement :

  • Remplacer au lieu d’ajouter
  • Acheter en conscience (attendre 24h avant d’acheter et se demander si c’est vraiment utile)
  • Se débarrasser chaque jour de minimum un objet inutile dans la maison
  • Accepter un nombre défini de sorties par semaine
  • Revoir à la baisse les activités extérieures des enfants
  • Décoration minimale : voir Article FengShui | = se débarrasser des bibelots qui prennent la poussière, éviter la multiplication des couleurs, trier vos livres (les romans vous ne les relirez jamais), …
  • Rangement Cuisine : Trier vos placards | jeter toute l’alimentation périmée | donner les appareils ménagers inutiles, en double exemplaire | libérer votre table de travail avec l’essentiel | donner tous les excédents de vaisselle | …
  • Apprendre à dire non
  • Alléger les agendas
  • Décider des 3 activités les + importantes de la journée et s’y consacrer et si il reste du temps, …
  • Trier sa garde-robe et ne garder que ce que l’on porte et donner tous les vêtements plus portés depuis un an
  • Réseaux sociaux : privilégier les personnalités inspirantes plutôt que les ‘faux’ amis qui vous étalent tout ce qu’ils consomment (repas, nouvelle paire de chaussures, vacances, soirées, …) | apprendre à se déconnecter petit à petit | gagner du temps en ne partageant pas vos faits et gestes |
  • Choisir des produits durables et éthiques
  • Privilégier le local
  • Apprendre à vivre plus lentement, plus profondément, plus calmement, plus authentiquement
  • Savoir se faire plaisir mais en conscience
  • Privilégier du temps pour les proches, les ‘vrais’ amis
  • Privilégier du temps pour Soi
  • Se promener dans la nature et s’y reconnecter
  • Prendre la voiture que lorsque c’est nécessaire et privilégier la marche ou les transports en commun
  • Diminuer vos déchets (acheter en vrac, lingettes réutilisables, réutiliser vos contenants, produits rechargeables, réparer vos objets cassés, imprimer recto/verso, utiliser le verso blanc pour vos listes, composter, cultiver, cuisiner, …) Site 0 déchet
  • Garder l’essentiel, se débarrasser du reste
  • Cuisiner sain mais simple
  • Chaque jour prenez 5 minutes pour ne rien faire

Lancez-vous à votre rythme, pièce par pièce, … vous verrez que se séparer de matériel est difficile au début car des pensées comme : on  ne sait jamais | c’est un cadeau ! | cela fait si longtemps que je l’ai | … se transformeront instantanément par une sensation de bien être, home sweet home, l’esprit libre, … less is more.

On réapprend à apprécier ce que l’on a et ce qui vous aidera énormément en ce sens est la gratitude que vous éprouverez par rapport à ce que vous possédez déjà ! Un autre article sera consacré à la gratitude tout prochainement car c’est une autre clef pour améliorer son bonheur !

Rappelez vous Baloo dans le Livre de la Jungle :

Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Il faut se satisfaire du nécessaire

Et tu verras qu’ tout est résolu
Lorsque l’on se passe
Des choses superflues
Alors tu ne t’en fais plus.
Il en faut vraiment peu, très peu, pour être heureux…

Et voici pour conclure un extrait de la symphonie de William Henry Channing  (Ecrivain, philosophe américain du 19e s) :

Vivre et se contenter de peu;
Rechercher l’élégance plutôt que le luxe;
et le raffinement plutôt que la mode;
être digne plutôt que connu;
et être prospère plutôt que riche:
Ecouter les étoiles et les oiseaux;
les enfants et les sages
avec le cœur ouvert;
Etudier beaucoup;
Penser posément;
Agir avec honnêteté;
Parler gentiment;
Attendre les occasions;
ne jamais se presser;
En un mot : laisser le spirituel;
spontané et inconscient,
grandir à travers le commun –
Telle est ma symphonie

Sources : Minimalisme de Judith Crillen

Autres lectures sur le sujet

 

Un sujet passionnant car ce geste, cet action de pardonner est souvent très mal compris. Il  nous empoisonne la vie. Un éclairage différent que celui transmis par les religions peut vraiment faire la différence et nous libérer…

Un jour, j’ai entendu cette métaphore sur le pardon : Ne pas pardonner, c’est comme garder un bout de charbon brûlant dans votre main. Cela vous blesse et cela ne change rien pour la personne concernée.

Il ne faut pas confondre pardonner et se réconcilier. Vous pouvez pardonner et ne jamais reparler à cette personne, ne jamais lui dire mais le fait d’avoir pardonner vous libère de ce sentiment destructeur.

Le pardon c’est la guérison des blessures du cœur (Olivier Clerc)

Toutes ces blessures accumulées pendant notre enfance et notre adolescence blessent notre coeur et chacun a sa manière se construit une carapace, garde des rancoeurs de longues années en oubliant parfois même quelle en était la cause. Pardonner permet d’alléger tout cela et de ne plus perdre son temps à maudire l’un ou l’autre, à mettre la responsabilité de nos ‘problèmes’ sur l’un ou l’autre. Personnellement, la théorie de la petite âme (voir article) m’a vraiment appris lorsque je suis confronté à des conflits relationnels de me poser cette question : Qu’est ce que je fais de ce qu’on m’a fait ? Prendre conscience de ce que l’on apprend par nos problèmes relationnels.  Par exemple, je ne serais pas la même personne si je n’avais pas manqué d’amour parental, si je n’avais pas “aimé” des hommes manipulateurs qui activaient ma blessure de l’abandon et me rendait dépendante affective, je les remercie de m’avoir fait tant de peine car j’ai tellement grandi dans ces expériences. Je sais que cela peut sembler tortueux pour beaucoup d’entre vous mais à nouveau si vous vous ouvrez à l’idée que nous sommes sur terre pour grandir, pour élever notre âme par des expériences, et que nous avons choisi notre vie, vous adhérez à l’idée que toutes nos relations ne sont pas fortuites et nous confrontent à nos ‘points faibles’. Pour moi, c’est la base du développement personnel.

Mais revenons au Pardon. Pardonner ce n’est pas cautionner, ce n’est pas forcément se réconcilier, ce n’est pas oublier, pardonner c’est fermer la plaie de la blessure, la cicatrice restera mais ne sera plus douloureuse. Pardonner c’est un cadeau que l’on se fait à soi et pas à l’autre mais en même temps tout notre entourage en bénéficiera car nous serons plus heureux, plus agréable à vivre sans ces rancœurs qui nous rongent. Ne pas pardonner est destructeur sur tous les plans, psychique et émotionnel bien sûr mais physique également, cela rend malade ! Pardonner est possible mais il faut se donner du temps, il y a des étapes, un processus, c’est un chemin…

Il y a des outils pour nous aider à pardonner (la méthode ho’oponopono, les cercles du pardon, le don du pardon, le site d’Olivier Clerc vous éclairera certainement). C’est une hygiène de vie, faire une douche de pardon comme on prend sa douche quotidienne. C’est libérateur et cela permet de ré-ouvrir son cœur, d’espérer le bien pour ‘notre ex-ennemi’ et ne pas sursauter lorsqu’on les croise en rue. De par mon expérience personnelle, je peux vraiment ressentir la différence entre un ex que j’ai pardonné après de longues années de ruminements, jugements, … et si j’avais le malheur de le croiser dans la rue, j’étais bouleversée par le stress, ce qui n’est plus du tout le cas à présent mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille et d’autres expériences me poussent à refaire ce travail avec d’autres personnes. Une manière de vivre se rapprochant de la théorie des 4 accords toltèques, peut réellement nous épargner ces conflits relationnels qui se répètent malgré nos efforts.

Juste un résumé des ces 4 accords :

  1. Que ta parole soit impeccable
    Avec les mots je peux aider, sauver, aimer, mais je peux aussi tuer, blesser, faire mal…
    Attention, cela ne signifie pas qu’il ne faut pas exprimer un désaccord, sinon c’est le silence qui ne sera pas impeccable mais toxique. Exprimer avec bienveillance et face à la personne concernée ce qui dérange afin d’avoir un ‘vrai’ échange et dans le but de faire grandir la relation.
  2. Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle
    Appliquer cette devise nous sert de bouclier, nous serons pas atteint par les attaques. Nous détacher du regard des autres. Il est intéressant de prendre conscience des flèches qui nous ne atteignent plus et surtout de celles qui nous atteignent encore. Souvent, si la flèche blesse, c’est que ce sont des choses que nous ne nous sommes pas encore pardonné, des points sensibles auxquels nous ne voulons pas penser. Alors profitons de ces attaques pour travailler en pleine conscience avec nous-mêmes.
    Attention, cela ne veut pas dire qu’il faut systématiquement décréter : ce n’est pas mon problème ! Nous devons nous remettre en question et ne pas nous enfermer dans une bulle protectrice. On entend ce que l’autre dit mais sans le prendre personnellement, donc au lieu de le prendre comme une pic, une attaque, on le prend comme un autre point de vue, on en discute, … D’ailleurs une même phrase prononcée par des personnes différentes peut tout à fait être interprétée différemment… Il faut sortir de la réaction émotionnelle. 
  3. Ne faites pas de suppositions
    C’est tellement vrai. Tous ces films que l’on se fait dans nos têtes… On se blesse tout seul :-). Ne prêtez pas des intentions à autrui. Posez des questions, vérifiez. Ou bien faites plein de suppositions, cela vous prouvera que l’une n’est pas plus vraie que l’autre. Une supposition n’est pas LA vérité, il faut valider, expérimenter.
  4. Faites toujours de votre mieux
    C’est une règle à appliquer à tout ce que je fais, tout ce que je dis et qui s’applique bien sûr à tous les accords toltèques : je fais de mon mieux pour avoir une parole impeccable, pour ne pas en faire une affaire personnelle, pour ne pas faire de suppositions… je fais de mon mieux et je ferai de mieux en mieux. Rien n’est instantané…
    Attention, ne soyez ni laxiste, ni perfectionniste. Parfois en faire mieux, c’est en faire moins… Par exemple on peut en faire beaucoup trop sans se respecter, en s’épuisant. Ou pire, en devenant le sauveur des autres et en les déresponsabilisant, donc en les rendant dépendant de nous…
  5. Soyez sceptiques mais apprenez à écouter
    C’est un nouvel accord rajouté 10 ans après l’écriture des 4 accords toltèques par Miguel Ruiz.
    Ne croyez pas à tout et n’importe quoi, tout ce que vous entendez, lisez ou pensez… Faites preuve de discernement, ayez l’esprit critique en permanence dans ce monde sur-informé ou désinformer… Par contre écoutez, écoutez vraiment avec votre coeur, votre corps, votre intuition et écoutez sans penser à ce que vous allez répondre, écouter ‘profondément’ l’autre… C’est aussi un apprentissage, savoir se taire…

Je ne peux m’empêcher pour conclure de dire que pardonner est nécessaire pour guérir nos blessures mais que nous ne sommes pas dans l’obligation de rester dans une relation qui nous est nuisible même si c’est une personne proche, même si c’est quelqu’un de notre famille.

On a le devoir de se respecter et de ne pas laisser une relation nous faire du tort. On ne laisserait pas quelqu’un nous agresser physiquement alors pourquoi se laisser agresser sur le plan émotionnel ou affectif. Non, il ne faut pas tout accepter, tout subir, souffrir pour la bonne entente. Pardonner oui… mais se respecter aussi et s’éloigner des personnes qui nous sont toxiques mais sans leur en vouloir… elles feront leur chemin, nous ferons le nôtre et la vie fera ou pas que nous nous retrouverons plus tard…

Ne perdons jamais de vue qu’il est fondamental avant toute chose de SE PARDONNER soi-même !

Si ce sujet vous interpelle, sachez qu’il existe des cercles du pardon partout en Europe : AGENDA

Voici une citation de Martin Luther King et qui résumera parfaitement cet article :

Il faut développer et entretenir la capacité à pardonner. Celui qui en est dépourvu est privé de la capacité d’aimer. Martin Luther King