Comment réagis-tu lorsque l’on te fait un compliment ?

Comment réagis-tu lorsque l’on t’offre un cadeau ?

Comment réagis-tu lorsque que l’on propose de te rendre service ?

Avec un grand sourire et un grand merci ! Super, cet article ne te concerne pas.

Dans le cas contraire, poursuis ta lecture, ce sera un pas vers l’abondance 😊

La difficulté de recevoir… cela me parle très fort.

J’ai pris conscience de ma difficulté à recevoir et je suis confrontée à des réactions identiques émanant de mon entourage. L’effet miroir 😊

Qui n’a jamais dit, ou entendu : Mais il ne fallait pas !

Vous imaginez la personne qui a pris le soin, le temps de vous acheter quelques fleurs ou de vous dénicher un petit cadeau, elle se fait une joie de vous l’offrir et que reçoit-elle en retour ?  Mais enfin, il ne fallait pas ! Ce sont vraiment des réflexes néfastes et très révélateurs.  Au même titre, qu’après un Merci, l’autre répond, de rien… Comment ça de rien ? Cela n’a pas de valeur le service rendu ? Ce n’était pas rien !

Je vous épargnerai les blessures d’enfance qui génèrent ce genre de comportement car je voudrais plutôt m’atteler à analyser cette mauvaise habitude qui est de ne pas exprimer son plaisir à recevoir. De ne pas accepter de recevoir, de ne pas savoir recevoir, …

Comme toujours, le premier pas sera d’en prendre conscience. Comment réagi t’on lorsque l’on reçoit un compliment, une promotion, un cadeau, des remerciements, … ?

Ne pas savoir recevoir équivaut à ne pas savoir donner.

Ce manque d’amour à recevoir a un impact négatif sur le plaisir et l’estime de soi, du donneur comme du receveur… Apprenons à recevoir !

La prochaine fois que nous serons face à une offre de service, à la réception d’un cadeau, soyons vigilant en ravalant nos retours habituels et exprimons notre gratitude : Merci, cela me fait vraiment plaisir !

Cherchons également quelle est la source de ces réactions négatives aux compliments, cadeaux, services ?

Pour certains, ce sera la crainte d’être redevable alors qu’un don est le fait de donner (sans retour) sinon cela s’appellerait un échange.

Pour d’autres, ce sera le sentiment que l’on ne le mérite pas, que le compliment n’est pas authentique et nous sommes incapables de recevoir…

Ce qui est regrettable, c’est qu’en fonctionnant comme cela, nous recevons de moins en moins car nous dégageons le message que nous ne voulons pas recevoir, alors que c’est tout le contraire. C’est le processus inverse de la loi d’attraction. Cela ne se limite pas aux cadeaux matériels, … il en va de même pour l’amour.

Apprenons à considérer tout geste, toute attention comme un petit paquet de vitamines de bonheur et accueillons-les comme telles.

Accueillir un geste, une attention, un cadeau, une félicitation, un encouragement en exprimant simplement la joie et le plaisir que nous avons à les recevoir est une marque de reconnaissance envoyée à notre interlocuteur, est une marque de reconnaissance envoyée à nous-même.

Repensons au plaisir que nous avons déjà ressenti en préparant un cadeau pour un être aimé, une surprise, un repas, on y met tout son cœur et cela nous fait réellement plaisir. Ce sentiment procure l’hormone de bien-être appelée ocytocine  (ARTICLE), alors pourquoi gâcher ce plaisir en ne sachant pas ouvrir son cœur en le recevant. Ne pas savoir recevoir, est un manque d’amour pour soi et pour l’autre !

L’équilibre entre le donner et le recevoir est aussi à prendre en compte. Pas dans le sens donnant – donnant mais d’une manière plus universelle. Toujours rendre service et ne jamais rien demandé, n’est pas jouable. L’inverse non plus. Inonder les proches de cadeaux cache souvent un malaise surtout lorsque le donneur insinuera la phrase fatidique : Avec tout ce que j’ai fait pour toi…

Ce que je voulais vraiment relever ici c’est qu’apprendre à recevoir permettra de recevoir encore plus… Car nos réactions sont le fruit d’un rejet, quel qu’en soient les raisons profondes, on rejette l’amour que l’on nous donne. On n’est même plus capable d’apercevoir ce que l’on veut nous offrir. Accepter avec joie, c’est aussi permettre à l’autre de nous rendre service ce qui lui apportera du bonheur. Et pas lui dire, non non, je vais me débrouiller, non non laisse je vais le faire, … C’est avoir le cœur ouvert laissant circuler l’amour du donneur au receveur et vice versa.

Je ne sais pas d’où vient cette idée que donner c’est bien, et recevoir c’est mal ?  Tout le monde ne réagit pas comme cela vu que nous n’avons pas tous les mêmes blessures. Mais pour les personnes concernées, et j’ai l’intime conviction de ne pas être la seule 😊, se rééduquer à ressentir de la joie à recevoir un compliment, un cadeau à la place de le rejeter impulsivement apportera une guérison certaine de nos blessures.

Comme toutes nos énergies sont liées, n’oubliez jamais que se faire du bien, c’est aussi faire du bien aux autres et faire du bien aux autres, c’est aussi se faire du bien ♥

Alors allons-y, soyons généreux et acceptons les services, les cadeaux, les compliments pour la joie de tous.

 

Ce n’est pas moi qui l’ai inventé… mais moutruche sonne bien, sonne juste et décrit parfaitement le comportement que nous avons tous parfois, certains plus que d’autres…

J’adore le pouvoir des mots, leur son, leur danse, leur sens, leur double et contre sens, leur décomposition qui souvent met de la lumière sur leur signification. Parfois, on comprend ou plutôt on sent le sens d’un mot même sans le connaître, … c’est assez magique !

Ce langage est souvent appelé le langage des oiseaux, à lire tout haut 🙂 comme par exemple : le verbe persévérer… percez et vous verrez; la maladie… le mal a dit; l’enfer me ment; ce qui est lu est nette… ; car paix dit aime; celui qui gouverne ment; l’âme agit; l’âme hors; tu meurs; comme un, … 

Si vous êtes sensible à ce genre de gymnastique, voyez mon article inspiré d’une conférence de l’alchimiste Patrick Burentsteinas, vous aurez le loisir de le lire ou de l’écouter 😉

Mais revenons à nos moutons… le mot Moutruche… Assez évident de constater la contraction de 2 animaux qui ont eux aussi un double sens… Agir comme un mouton signifie : suivre bêtement… Petite illustration pour rire un coup… mais je tiens à préciser que même si ce nouveau terme a été inventé durant le con ment finement, il est tout à fait légitime dans plein d’autres situations !

Et faire l’autruche est l’expression usitée pour désigner qui refuse de voir la réalité en face et préfère s’enterrer la tête dans le sol… Vous voyez où je veux en venir ?Dans un premier temps, on active le pilote automatique car on ne réfléchit pas et on suit le troupeau, on fait comme tout le monde, comme un mouton… et puis lorsqu’il devient clair que ce n’est pas la bonne route, on ne veut pas voir, on nie l’évidence et on met la tête dans le sable, comme les autruches.  Notre ego a difficile à admettre qu’il s’est fait avoir. Il est bien plus simple de se faire manipuler que de reconnaître s’être fait manipuler, …. c’est cela faire le moutruche 🙂 Chez les politiciens, c’est monnaie courante, mais je pense que dans beaucoup de rapports de force, de conflits, de rapports entre parents et ados par exemple, cela est déjà arrivé à chacun d’entre nous… Je trouvais donc que ce terme était vraiment une belle synthèse pour ce comportement pas très intelligent mais habituel et aurait sa place dans le langage courant. Cela permettrait,  peut-être, de prendre conscience de ce fonctionnement humain qui semble plus confortable (faire comme tout le monde) mais qui est en fin de compte une négation de notre intelligence, de notre libre arbitre, de notre différence, … Et il suffit d’une étincelle pour redonner vie à notre faculté de raisonner, de discerner, de prendre du recul à se remettre en marche. Pas toujours aisé, certes, mais tellement libératoire… Les plus grandes découvertes ont souvent été faites par des êtres qui ne pensaient pas comme ‘tout le monde’ et se sont parfois fait tuées, enfermées, et pourtant … Galilée qui contredit les travaux d’Aristode en affirmant que les planètes dont la terre tournent autour du soleil, et pas le contraire… Il fût juger par le tribunal de l’inquisition. Comme disait Guy Béart, le premier qui dit la vérité… sera exécuté. Nous sommes butés à ne voir que ce que nous croyons.

Je voudrais insister sur le fait que ce n’est pas le fait d’avoir raison ou tort qui est important à mes yeux mais de se faire confiance, d’assumer ce que l’on pense et s’ouvrir à d’autres possibles. Nous sommes tellement conditionnés par notre éducation familiale, scolaire, sociale, par les médias que nous perdons notre libre arbitre, nous avons perdu la capacité de lire en nous, d’être nous-mêmes dans le sens que la pensée unique est un copier/coller et ne reflète en rien notre intelligence. Chacun étale ses connaissances, développe sa mémoire pour répéter ce qu’on lui a appris, et répète comme un perroquet… Souvent réfléchir, comparer, discerner, se renseigner ailleurs que dans les médias de masse, ouvrent les yeux. Et à mon sens, on devient beaucoup plus riche en sortant de cet abrutissement collectif. Cela fait plus de 5 années que je n’ai plus de télévision, n’écoute aucun journal parlé, ne lit pas les journaux et j’en suis fort aise. Entendre à longueur de journées tous les malheurs du monde, des infos qui souvent sont des intox? Non. Consciente de l’influence de la pensée positive et du coup des méfaits des infos négatives, de préférer apprendre qu’il y ait eu 10 naissances plutôt que 10 morts, que ce qui semble important ici, ne représente rien de l’autre côté du globe et vice versa, …. Nous avons la chance de vivre avec l’outil internet qui nous permet d’élargir nos sources d’infos lorsqu’un sujet nous préoccupe. Pourquoi s’intéresser à des sujets qui ne vous parlent pas ? Pour entretenir une conversation de bistrot et montrer que Vous vous savez et chaque personne y va de sa petite version sur des sujets qui ne les concernent même pas… Ils répètent ce qu’ils entendent et l’important c’est de savoir mieux que les autres. On se perd dans un monde comme cela. On a oublié de rencontrer ce qui vibre en nous et pourtant c’est cela qui est important. 

 

Il est vrai que dans la crise que nous vivons actuellement, ce mot moutruche est parfaitement approprié. Lorsqu’on observe tous les gouvernements qui se sont copiés les uns aux autres sans réfléchir, toutes les populations qui ont obéit sans réagir, tous les journalistes qui n’investiguait pas et utilisait sans complexe le copier/coller… et puis lorsque les scandales éclates, les évidences font surface, ils mettent tous la tête dans le sable et ont des trous de mémoires ou pire refusent de voir… Et le pire, pour ne rien remettre en question, 80% des personnes acceptent de suivre des obligations qui n’ont aucun sens, ne cherchent pas à remettre en question ni à prendre conscience qu’accepter et obéir à n’importe quoi, ouvre le chemin à d’autres privations de libertés.

Gandhi disait : Que nous devions obéir à toutes les lois, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, est une invention récente !

Voilà, je ne m’étalerai pas plus sur ce sujet, mais je trouvais sympa de rajouter ce terme qui est bien explicite dans l’édition du Larousse 2021 🙂

 

Une méthode, une boîte à outils truffée de techniques pour apprendre l’auto-hypnose, développer l’intuition, gérer le stress, mémoriser, positiver, …

J’ai suivi cette formation il y a une quinzaine d’années. A l’époque je ne dormais pas, je vivais une période très compliquée et la méthode Silva m’a beaucoup aidée.

Je l’ai redécouverte début juin car une fois que vous avez suivi cette formation de 3 jours, vous pouvez la recommencer pour 50€  à vie et partout dans le monde.

La méthode Silva est une magnifique boîte à outils qui m’aidera à :

  • Gérer mon stress et mes émotions
  • Trouver des réponses à mes questions et faire les meilleurs choix
  • Améliorer ma forme, ma santé et mes relations
  • Réaliser mes désirs et atteindre mes objectifs
  • Méditer facilement
  • Développer mon intuition, ma mémoire, ma créativité
  • Mieux me connaître et utiliser les ressources qui sont en moi
  • A tant de choses que je ne peux encore imaginer

Toutes les infos sur le site : https://www.lamethodesilva.be/

En nourrissant votre esprit de beaux projets, d’objectifs joyeux, de réussites et de bonheur, vous permettez à votre inconscient d’accomplir le boulot de manière naturelle!

Vous commencez à capter et à saisir les opportunités qui vous conduisent là où vous voulez aller et votre vie change, comme par enchantement! 

Vous devenez capable de faire les bons choix et de focaliser votre énergie pour atteindre vos buts.

La Méthode Silva vous permettra de comprendre et d’activer les mécanismes inconscients qui vous mènent au succès.

Voici quelques exemples concrets relatés par Christine Denis, formatrice de la méthode Silva depuis plus de 30 ans en Belgique :

Elle insiste beaucoup sur le pouvoir des mots et des pensées sur notre état d’être. Voici une anecdote à propos d’une participante qui n’arrivait pas à perdre du poids lorsqu’elle lui fit remarquer qu’elle n’arrêtait pas de prononcer cette phrase : ça me gonfle ! ça me gonfle ! Grâce à cette prise de conscience, cette jeune femme a retrouvé son poids initial.

Une autre expérience vécue lors d’une formation  dans une entreprise de grands magasins d’alimentation française. Le responsable des ressources humaines étant un adepte de la Méthode Silva a offert à tous ses employés une formation approfondie. Quelques semaines après la formation, ce magasin a été braqué. Le personnel étant dans un tel état de positivité n’a absolument pas paniqué et surtout n’a vraiment pas voulu croire en cette agression en imaginant que cela devait être une blague. Le braqueur a été complètement décontenancé et a baissé les armes. 

Personnellement, ce que j’ai déjà pu expérimenté depuis la formation est le fait de me souvenir de mes rêves, de pouvoir en quelques minutes me détendre pour arriver à l’état Alpha, à me concentrer en une seconde pour activer ma mémoire, à  trouver des places de parking :-), à être beaucoup plus à  l’écoute des synchronicités et du coup à me faire plus confiance

A découvrir, vraiment !

Le “revers de la médaille”, expression utilisée pour illustrer le côté déplaisant, désagréable d’une chose, d’une situation qui parait au prime abord agréable. Pour ma part, je ferai l’exercice inverse.

Cet exercice consiste à prendre conscience du revers positif d’une situation qui semble négative… Il y a 2 faces sur chaque pièce, quelle que soit la problématique, on trouvera toujours un “bon” et un “mauvais” côté des choses. Ce ne sont pas les adjectifs adéquats car finalement le mauvais peut apporter bien plus que le bon côté…

Lors de l’envoi de ma précédente enews, juste après le moment fatidique de pousser sur le SEND (on ne peut plus revenir en arrière), j’ai réalisé que je n’avais pas envoyé la dernière version. My god ! J’étais vener !

Stop ! Je me suis dit : applique ce que tu transmets, pousse sur pause et prends conscience !

Je me sentais très mal ! Pourquoi ? je voulais que cela soit parfait… Pourquoi ? qu’est ce que cela allait générer ? Du rejet ? de la critique ? OK et après, cela change quoi ! Atteindre la perfection ? Cela n’existe pas et si certains ricanent, d’autres seront tolérants. Je fais de mon mieux et je ferai plus attention la prochaine fois.  

De plus, je me suis souvenue d’un article que j’avais écris sur la procrastination qui démontrait que vouloir atteindre la perfection souvent équivalait à ne rien faire. Vu  que l’on sait que ce ne sera pas parfait, on ne le fait pas du tout. On préfère ne rien faire que rater, que de ne pas être brillant, …

Article : Procrastination.

J’ai souvent fonctionné comme cela et c’est un vrai handicap car l’apprentissage devient difficile. J’avoue que parfois je me demande si cela ne s’apparente pas à de l’orgueil, ne pas oser pour ne pas paraître ridicule. Bref, je m’éloigne… mais j’y reviendrai. La Fleur de Bach Larch est tout indiqué pour ce comportement, elle permet d’intégrer le dicton : Je ne perds jamais : Je réussis ou j’apprends ! Ce sera la fleur du mois de juillet 🙂

Donc, je remercie de m’être trompée car cela m’a permis de relativiser le ‘drame’, de prendre conscience de mon fonctionnement et d’oser plus dans le futur. D’ailleurs, depuis cette prise de conscience concrète, j’ai plusieurs fois été confrontée à des situations qui m’obligent à m’accepter comme je suis, avec mes failles, avec les jugements de proches, m’accepter avec mes convictions, mes idées qui sont loin d’être acceptées par tous et cela m’a semblé bien plus simple à vivre. Cela me confirme une fois de plus que rien ne sert de faire l’autruche (mais non, ce n’est pas grave, je m’en fiche… comme le ferait les personnes Agrimony (voir article FdBach) et qu’accepter, prendre conscience permet réellement d’avancer dans son cheminement personnel.

Donc Merci !!

 

 

La gratitude est un concept très en vogue pour le moment. Au début, je vous dirais que j’étais un peu déroutée par ce terme. Je comprenais bien que la gratitude avait un rapport avec le fait de remercier mais je ne percevais pas la subtilité.

Vous préférez écouter plutôt que lire ? Voici l’audio de cet article :

Il m’a suffit de chercher son antonyme pour ressentir vraiment sa signification. L’ingratitude, ce terme nous le connaissons tous…  et bien c’est le contraire tout simplement.

Vous avez certainement déjà entendu à quel point le fait d’exprimer sa gratitude produit une transformation, une amélioration de notre vie à plusieurs niveaux. La science a démontré sa force de guérison, l’augmentation de l’estime de soi, l’augmentation de la dopamine, l’amélioration de nos relations, de notre bien être, de notre qualité de vie, augmentation de notre résistance immunitaire, la régularisation de notre pression artérielle, la diminution du stress et de la dépression.

Il me semble donc intéressant de se pencher sur l’expression de cette gratitude et de nous conditionner à exprimer, ressentir cette gratitude pour tout ce que nous avons, tout ce que nous voyons, tout ce que nous sommes, toutes nos relations, …

Il va de soi qu’exprimer sa gratitude nous permettra d’évoluer vers un mieux être mais surtout de ne plus ressentir d’ingratitude, qui a contrario pourrit notre santé, assombrit notre vie.

Cette gratitude s’exprime avec le cœur, s’exprime pleinement, en conscience, en actionnant tous nos sens. Ressentir réellement que nous sommes heureux de vivre telle ou telle chose. L’idéal est de remercier dans un état alpha, un état de relaxation. Voici la relaxation profonde guidée : La gratitude

 

Voici plusieurs ‘gratitudes’ que nous pouvons ressentir :

1 | La première serait la gratitude pour ce que j’ai

Éprouver de la joie pour mes relations amicales, amoureuses, familiales, professionnelles.

Etre heureux de tout ce que je possède matériellement, mon lieu de vie, mes meubles, ma voiture, mes vêtements, …

Ressentir de la gratitude pour tout ce que je sais, toutes mes connaissances mentales intellectuelles, …

Etre content d’avoir un corps qui nous permet tant de chose, de pouvoir respirer, bouger, de se servir de nos 5 sens, …

Cela semble tellement normal mais en fait c’est magique…

Et à nouveau, soyons vigilant par rapport à l’ingratitude qui serait d’éprouver du manque (je manque d’argent, je manque d’amour, je manque de soleil, je manque de compétences, …) Se focaliser sur le manque est de l’ingratitude !

Nous possédons tellement de choses et  nous nous focalisons sur ce que nous ne possédons pas !

La vie nous donne tellement et pourtant nous sommes comme l’enfant qui reçoit de nombreux paquets à Noël mais se focalise sur le jouet qu’il espérait et qu’il n’a pas reçu.

Savoir que chaque fois que nous exprimons de l’ingratitude, c’est un peu comme si nous faisions une prière à l’envers donc on noircit le tableau du bonheur.

Ressentir de la gratitude nourrit notre inconscient et attire du positif alors que ressentir le manque produit le contraire et continue à créer ce manque.

Soyons à l’écoute dans notre quotidien de toutes ces situations où nous éprouvons du manque, transformons ces ressentis en gratitude. Ressentir de la joie pour tout ce que l’on possède, tout ce que l’on vit nous permet de ressentir de la gratitude qui attirera de bonnes vibrations, de bonnes énergies, …

2 | La deuxième facette est la gratitude pour ce que j’ai fait

C’est à dire ressentir de la satisfaction pour le travail fourni. Vous savez cette sensation de bien être que l’on ressent après avoir terminé une tâche importante, que ce soit un job professionnel ou avoir lavé ses vitres, repeint une pièce, écrit un article, un développement informatique, l’écriture d’un livre… Vous voyez une tâche qui nous a demandé de fournir des efforts avec patience et persévérance.

C’est l’ image des 2 faces d’une même pièce, les efforts fournis pour atteindre un but sont de la souffrance mais sans laquelle nous n’éprouverions pas le plaisir du travail accompli.

A nouveau, soyons attentif à l’ingratitude. Dans ce cas-ci, ce sont les sentiments d’avoir perdu du temps, de se reprocher de n’avoir pas assez fait, de n’avoir pas fait une marge bénéficiaire assez importante, de ne pas avoir fait ceci ou cela, que cela n’avance pas assez vite, que le résultat ne soit pas parfait, … Ressentir ces ‘manques’ est néfaste, nous sabote.

Au contraire, ressentons en fin de journée une réelle satisfaction de ce qui a été accompli. Cela nous donnera une énergie bénéfique qui boostera notre estime de soi.

3 | La gratitude face aux obstacles que j’ai surmontés

Et oui ! Prenons le temps de regarder en arrière et de prendre conscience de tout ce que nous avons réalisé jusqu’à ce jour, toutes les difficultés que nous avons surmontées, en commençant par notre naissance qui est déjà une difficulté, mais également toutes les épreuves de vie que nous avons eu le courage de surmonter (les échecs, les frustrations, les difficultés relationnelles, professionnelles, le dépassement de nos peurs, …). Nous avons tous surmontés des obstacles et nous pouvons nous en féliciter.

Quelque soit notre âge, nous sommes encore confrontés à nos peurs qui nous freinent dans notre évolution. Ressentir de la gratitude pour ce que nous avons déjà surmonté nous donnera la force de passer les épreuves suivantes. Focaliser sur nos échecs et éprouver de l’ingratitude face à ce que nous n’avons pas encore réussi à surmonter nous empêchera de nous améliorer.

Soyons fiers de ce que nous avons accomplis et cela nous donnera plus de force et de courage pour surmonter les prochains obstacles.

Remercions notre corps de régénérer chaque jour nos cellules, ce corps qui nous permet d’être vivant. Prenons soin de notre corps en mangeant sainement, commençons dès à présent car chaque jour qui se lève est un nouveau jour. A nous de nous purifier en buvant de l’eau en suffisance ce qui purifiera nos cellules et nous en ressentirons les bienfaits au niveau physique mais également sur le plan mental et le plan émotionnel. Mettons nos corps en mouvement, sport, promenade, danse, …

Trouvons la force et le courage de dépasser nos peurs souvent fondées sur des croyances limitantes.

4 | La gratitude de nos relations

Aimer, apprécier, complimenter les autres.. Etre heureux pour la réussite, la beauté, l’harmonie des autres. Arrêtons de nous comparer, personne n’est plus que l’un ou l’autre, chaque être fait ce qu’il peut, chaque être est unique et a sa raison de vivre dans ce monde. Nous sommes uniques mais tous reliés. Mal juger quelqu’un équivaut à mal se juger. Nos relations sont des miroirs, acceptons nous tel que nous sommes avec nos qualités et nos défauts, et apprenons à nous connaître, à connaître les autres, afin de se comprendre et d’établir des relations bienveillantes.

Avoir de la gratitude pour le bonheur des autres… alors que souvent nous les jalousons, envions, critiquons, … Prenons conscience qu’en jalousant par exemple notre voisin qui a une vie amoureuse épanouie ou un train de vie bien plus élevé que le nôtre, nous dégageons une énergie traduisant que nous ne trouvons cela pas juste, pas bien donc pourquoi voulez vous attirer cela dans votre vie ? Nous attirons ce que nous dégageons….

Donc en détestant la réussite des autres on envoie comme message que l’on déteste la réussite… Donc c’est équivalent à dire : je refuse de réussir, on créera les conditions pour que cela n’arrive pas…

Et cela va encore plus loin, si vous méprisez la réussite de l’autre en prétextant qu’il a eu de la chance, … cela veut dire que pour vous il est mauvais d’avoir de la chance et c’est ce qu’imprime votre inconscient, donc il ne vous donnera pas la possibilité de réussir grâce à la chance vu que vous ne trouvez cela pas juste…

5 | La gratitude d’accepter ce qui est

Éprouvons de la gratitude pour tout ce que nous vivons, le bon comme le mauvais, la lumière comme l’ombre, les expériences difficiles, les déceptions, la VIE

L’ingratitude est de penser que la vie est injuste, que nous n’avons pas de chance, que le malheur et la souffrance est un problème, ….

Cela reviendrait à dire que le froid est un problème par rapport au chaud, la nuit par rapport au  jour ou simplement le haut par rapport au bas,, … le monde est relatif et on ne peut pas vivre la joie sans avoir connu la tristesse… La gratitude est d’accepter cela ! Prendre la vie telle qu’elle est.
Le soleil est l’amour inconditionnel et il brille chaque jour même caché derrière un ciel gris.

Savoir que si nous sommes confrontés à des obstacles c’est que nous possédons la force spirituelle de les vivre, de surmonter ces épreuves nous réorienteront. Que ce soit une maladie, un conflit, un accident, … On apprend toujours quelque chose de ces difficultés. En être conscient  nous permet de les traverser positivement ! Tout ce qui nous arrive a un sens. Apprenons à écouter nos besoins pour progresser. Penser qu’un problème est en fait une solution, une piste pour progresser dans la vie et ça c’est de la gratitude qui permettra d’évoluer, de gagner en maturité.

C’est difficile à admettre mais la vie est comme une pièce de monnaie, il y a 2 faces, et l’une ne va pas sans l’autre, l’une existe parce que l’autre existe, …

Remercier d’être malade, d’être mal  jugé, d’être trahi, de se sentir seul, d’avoir échoué, d’avoir eu un accident, … Pas évident mais ayons la faculté d’observer ce que nous avons appris par nos expériences difficiles dans le passé. Nous ne serions pas les mêmes personnes aujourd’hui.

Prenons le temps d’analyser nos choix de vie, les chemins parcourus grâce aux obstacles.

Pensons à cela lorsque nous traversons ces périodes plus sombres.

Il est courant que les personnes ayant surmonté une grave maladie, un licenciement, une rupture compliquée, un deuil, un burn out, rebondissent et trouvent un vrai sens à leur vie, on dit souvent qu’il faut avoir touché le fond pour rebondir…

Soyons conscient que l’on ne perd jamais du temps, que rien ne sert à rien, que tout a une raison d’être !

Accéder à cette gratitude est se rapprocher de l’amour universel…

Toute ces gratitudes ne sont pas évidentes car nous sommes tellement conditionnés à fonctionner autrement. Nous sommes en fait très souvent ingrats face à tout ce que nous avons, tout ce que nous faisons, tout ce que nous vivons, …

Le 1er pas est d’en prendre conscience, puis de l’ancrer et de l’appliquer dans nos vies, à notre rythme avec des  hauts et des bas mais ne le perdons plus de vue…

Astuce : Noter chaque soir avant de dormir 5 raisons de dire : Merci

Merci pour votre lecture ! Prenez-soin de vous et remercier vous 🙂

Observez ce dessin et vous comprendrez…

Cette spirale ascendante, représente l’énergie que votre corps dégage par rapport aux émotions ressenties. Ce n’est pas de la fumisterie, c’est prouvé scientifiquement. Plus votre énergie est haute, plus votre système immunitaire est reboosté. 

Il parait donc évident qu’il est fondamental de prendre conscience du lien entre nos ressentis et notre santé. Vous remarquerez que le pire est la peur… je pense que les media feraient bien de s’en inspirer par les temps qui courent…

C’est également pour cette raison qu’il est important de prendre soin de soi, d’écouter ses émotions, d’apprendre à se connaître et de percevoir notre fonctionnement. Après cette prise de conscience, on peut commencer à renverser la vapeur avec différents outils :

Le Mouvement

N’importe quel sport (la marche, le vélo, la danse, la course à pied, la natation, …) le mouvement est fondamental car notre corps contient plus de 75% d’eau, et de l’eau qui ne bouge pas devient stagnante, vous imaginez votre corps… ? Le mouvement diminue le stress, active les hormones ‘positives’, c’est vraiment fondamental pour une bonne hygiène de vie au niveau physique, mais aussi morale. Comme toujours le corps, le mental et le coeur sont liés.

Nos pensées

Oui ! Nos pensées créent notre humeur, créent notre vie… Pensez que votre mental veut toujours avoir raison (l’égo), donc si vous pensez :”  j’y arriverai jamais” ou”c’est trop difficile pour moi !” ou encore, “on ne s’en sortira pas”, … votre mental va tout faire pour vous donner raison, c’est automatique et vous ne verrez que ce que vous croyez… Quitte à faire du forcing, prenez conscience de vos pensées et transformer-les ! 

Voici quelques audios qui abordent ce thème :

L’Alimentation

Privilégiez fruits et légumes. Digérer de la viande rouge, des pizzas surgelées arrosées de coca polluent votre corps et lui demande une énergie phénoménale pour digérer, filtrer tout cela. Une alimentation équilibrée vous permettra de dégager une bien meilleure énergie et augmentera vos défenses immunitaires.

La relaxation

Une relaxation, une méditation, permet au corps de se recentrer, et les émotions négatives se dissipent. Interrogez votre Google, vous serez ahuris de voir le nombre d’études qui prouvent que toutes les techniques de relaxation, de la respiration en conscience, la cohérence cardiaque, la méditation permettent au corps de bien mieux se défendre contre les agressions. A nouveau on comprendra le rapport entre le corps , le mental (les pensées) et le coeur (les émotions)

La liste serait encore longue mais voici encore quelques pistes, le Fleurs de Bach bien sûr, être créatif, s’occuper à des activités qui nous plaisent, les relations affectives, les pensées positives, le EFT, un bon sommeil, … 

Vous trouverez sur ce site différentes relaxations guidées, des affirmations positives, des exercices EFT, … Servez-vous et n’hésitez pas à me contacter si vous désirez plus d’explications.

 

Prenez-soin de vous !

 

L’image la plus souvent utilisée pour illustrer l’importance de nos émotions est le tableau de bord d’une voiture. Imaginez-vous à fond sur l’autoroute avec un voyant rouge qui clignote. Que faites-vous ? Vous l’ignorez, vous posez un sparadrap dessus pour ne plus le voir ? Non, vous vous arrêtez et vérifier à quoi correspond cet indicateur et vous agissez (essence, entretien, huile, …). Pour les émotions, c’est tout à fait la même chose. Faire semblant de ne pas ressentir de la tristesse, de la colère, du découragement ou tout autre émotion est comme mettre un sparadrap sur une plaie infectée. Nous avons été éduqué à ne pas exprimer nos émotions, à tricher par rapport à nos ressentis et cela se répercute sur notre santé physique, émotionnelle et mentale. Cela affecte nos relations également, notre bien être en général, notre énergie,… Et cela fonctionne un peu comme une marmite à pression, le jour où cela explose, cela va faire très mal. Nous sommes conditionnés à croire que cacher ses émotions c’est être positif, être fort, être responsable et bien à mon sens, c’est tout le contraire. C’est craindre de faire face à ce qui est et c’est bien dommage car accepter ces émotions, c’est déjà en diminuer les effets. 

Depuis notre naissance nous nous sommes éloignés de nos ressentis car si petit enfant vous ressentiez la tristesse de votre père ou de votre maman, par exemple, et que vous lui demandiez ce qui n’allait pas… Quelle était sa réponse ? Mais non, mon chéri, tout va bien, ce n’est pas grave, allez on va jouer ? Avec un grand sourire ! Vous pensez vraiment que l’enfant est stupide, il ressent très fort les émotions de son entourage et face à ce qu’il vit, on lui dit le contraire… Et nous voilà, adultes, handicapés par nos émotions !

Je ressens de la colère, une envie furieuse de l’étrangler… Ok, je fais une pause. Je respire un bon coup, et j’observe mes 3 corps ou mes 3 cerveaux.

  1. Le corps : quels sont les tensions, les douleurs que je ressens. En prendre conscience, descend immédiatement la tension car le corps comprend que vous l’avez écouté.
  2. Le mental : Ok, pourquoi suis-je en colère contre X, qu’est ce qui a déclenché cette émotion, en quoi suis-je ‘responsable’* de cette situation (c’est à dire repointer le doigt vers Soi plutôt que vers l’autre – neurones miroirs
    *responsable : ne veut pas dire coupable ! Ethymologie : répondre de, je ne rejette pas la faute sur l’autre, je n’attends pas une solution de l’extérieur, je trouve ma solution
  3. Le cœur : en quoi cela me touche -il ? Quelle blessure cela réveille t’il en moi ?

Ces prises de conscience face à des situations compliquées sont vraiment bénéfiques pour notre équilibre à tout point de vue.

Le Docteur Bach a pris conscience de la relation entre les émotions et les maladies grâce à ses patients et c’est de là que lui est venue l’idée de génie de créer la méthode des Fleurs de Bach. Il s’est rendu compte que certaines émotions générent certaines maladies et que la cause de nos ennuis de santé sont les émotions compliquées comme la peur, le doute, le découragement, la tristesse, la culpabilité … En prenant conscience de la cause, de l’émotion en déséquilibre, on soigne à la source et non pas en camouflant les symptômes. Bach répertorie 38 fleurs correspondant à 38 émotions qui permettent de les harmoniser, de les réaccorder comme j’aime à le dire.

Les Fleurs de Bach ne sont pas des médicaments ou des traitements thérapeutiques et à vous de juger comment vous désirez vous soigner (médecine classique ou/et alternative), les fleurs sont là pour vous accompagner à traverser ses émotions, que vous soyez malades ou pas. Elles sont complémentaires et souvent permettent de diminuer voir éliminer la médication. Les conseillers en Fleurs de Bach ne remplacent en aucun cas votre médecin traitant !

Je vous joins un lien vers une relaxation permettant de gérer des émotions perturbantes. La relaxation commence après quelques explications à 2:06.

 

Être face à un choix peut devenir un vrai casse tête ! Il n’y a pas de mauvais choix… mais notre mental a peur et brouille les pistes. C’est la période de doutes qui est difficile à  vivre, une fois la décision prise, on se sent libéré, plus léger ! Voici quelques astuces pour passer ce cap.

 

J’étais moi même face à  ce problème aujourd’hui même. Je suis une spécialiste pour me casser la tête… Et pourtant je connais les outils, je les transmets mais mon petit vélo dans la tête continuait à me polluer. Une amie me conseilla d’interroger mon corps… tellement évident… j’ai d’ailleurs enregistré une relaxation qui s’appelle “Faire un choix”… et qui se trouve sur ce site je l’ai écoutée et j’ai décidé de vous écrire cet article.

Je vous joindrai l’audio en fin d’article.

En fait, c’est assez simple : on relaxe le corps afin qu’il se détache du mental, par la relaxation, la respiration… puis on pose ses 2 choix : le vert et le bleu ou le A et le B. Bien détendu, on imagine avoir choisi la solution A et se trouver dans la situation après avoir fait le choix. On laisse le corps s’exprimer : des tensions ? un bien-être ? gorge serrée ? détente ?… et on pratique le même exercice avec la solution B. En général, c’est évident. Je détaille cela dans l’enregistrement, il suffit de se laisser guider. L’important est vraiment de ne plus laisser le mental prendre le dessus, il est déjà occupé depuis des heures à vous casser la tête, si il avait la réponse vous ne seriez pas dans le doute ! Votre corps ne ment jamais, faites lui confiance !

D’autres techniques pour laisser la vérité s’exprimer est d’écrire, laisser aller son stylo par rapport au problème qui nous occupe, tout dire enfin tout écrire, des surprises pourront s’inviter sur le papier… Une autre technique est parler à voix haute ! Oui car des pensées peuvent se contredire dans votre tête… n’est-ce pas ? Lorsque vous parlez tout haut, ce n’est pas possible. Une bonne manière est de s’enregistrer et de tout lâcher, je vous promets que c’est surprenant !

Bien sûr, les Fleurs de Bach sont aussi d’un grand secours, Cerato pour laisser parler son intuition et l’écouter, Scleranthus lorsqu’on hésite constamment entre 2 choix, on balance de l’un à l’autre et White Chestnud pour calmer les pensées incessantes qui tournent dans votre tête. Ou encore Wild Oat, lorsque vous hésitez, vous vous dispersez, un pas en avant, 2 pas en arrière…  Fleurs de Bach

Parfois il suffit de prêter attention à des “signes“, on pose clairement la question et on laisse venir… on trouvera des réponses grâce à une phrase entendue à la radio, le titre d’un livre, la slogan d’une pub, un mot sur un tee shirt, une citation ou une conversation entendue ‘par hasard’… Certains ouvriront un livre et pointeront du doigt n’importe quel mot…

Les rêves sont également d’un grand secours, posez vous la question avant de vous endormir et souvenez vous à votre réveil, avant d’ouvrir les yeux, de ce qui vous apparaît ! Pour ceux qui porte de l’intérêt aux rêves, je vous conseille le livre : L’art de rêver de Nicole Gratton. Vous la trouverez sur YouTube, cela vous donnera une idée du pouvoir des rêves ! Magique !

On se sent tellement mieux après avoir pris sa décision ! Cela vaut vraiment la peine d’essayer !

Bon choix !

N’hésitez pas à mettre sur pause pour vous donnez le temps nécessaire pour bien descendre en vous.

Une pensée passe toujours par notre mental, c’est à dire par des filtres créés par notre ‘carte du monde’*, par nos croyances, nos peurs, nos conditionnements. Une intuition vient du cœur et est toujours la 1ère idée qui tombe du ciel.

 

Une intuition est toujours une bonne idée ! Elle sera toujours LA bonne réponse et c’est pour cela qu’il est utile de prendre conscience de la différence entre nos pensées et nos intuitions.

Nos pensées mentales (le mental ment…) se traduisent souvent par cette voix saboteuse qui nous chuchote : mais non, tu n’y arriveras pas, et comment vais-je m’en sortir ?, c’est trop cher, trop loin, trop dangereux, trop facile, pas possible… Ces pensées sont reliées au passé ou à l’avenir.

Par contre l’idée intuitive est toujours liée au moment présent et précède souvent la voix saboteuse, la pensée mentale. Et c’est cette idée-là  qu’il faut capter sans laisser le mental la détruire ! Pour prendre conscience de cette différence subtile entre la pensée et l’idée intuitive, soyez attentif lorsque vous cuisinez par exemple, une idée vient et vous la suivez (une épice inhabituelle, un mélange original, …), ou bien vous êtes dans vos pensées et tout à coup l’idée d’envoyer un message à X ou l’idée de changer de place un objet, ou une idée pour un job en cours, …. Suivez cette idée ! Attrapez-là ! Ce petit exercice développera votre intuition et augmentera votre dextérité à suivre les bonnes idées, cela deviendra naturel et vous serez étonné du bien que cela vous apportera. Ne me dites pas qu’il ne vous est jamais arrivé de vous dire : Mais oui, je le savais… j’y avais justement pensé… c’est dingue cette coïncidence… on en parlait justement… rhooo je le sentais !

« L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. »
A. Einstein

Notre mental fait plein d’erreurs pour se donner raison, il boycotte notre imagination, tue notre intuition. Le mental n’est pas notre maître comme on nous l’enseigne, il est notre serviteur ! Utilisons ce merveilleux cerveau mais en gardant toujours notre liberté, nos rêves, notre ouverture d’esprit, notre esprit critique, … et réapprenons à écouter notre cœur et notre corps. N’ayons plus peur de nous planter, ce sont ces expériences qui  nous feront grandir !

Quand je me plante, je pousse !

Il y a plein de manipulations pour laisser le mental prendre le dessus : Si tout le monde le dit, c’est que c’est vrai (on a longtemps cru que la terre n’était pas ronde) | Si un expert le dit, c’est vrai… (1 expert ? il ne peut  pas se tromper ?) | on recherche toujours des informations qui confirment nos pensées | on se limite à 2 possibilités sans chercher d’autres alternatives | on donne une seule raison (celle qui nous arrange) face à une situation | on stagne dans ce que l’on connait, on a peur de l’inconnu,… le mental c’est l’égo, il veut nous protéger !

Si cela vous intéresse, plusieurs audios y sont consacrés dans la partie   : L’Ego | Le pouvoir des pensées | Faire une pause | La peur.

La question Pourquoi ? nous limite ! Pourquoi ?

Face à un problème, nous avons des ‘réponses intuitives‘ qui sont toujours de bonnes réponses. Mais tout de suite, on se pose la question du Pourquoi ? On se relie directement au mental qui ne peut nous communiquer que ce qu’il connaît, que ce en quoi il croit, comme déjà expliqué plus haut, notre fameuse carte du monde*. Comme notre mental veut avoir raison, il reproduit sans cesse les mêmes schémas, les mêmes raisonnements et cela bloque notre évolution et n’élargit pas notre champ de vision.

Ce que nous sentons est hyper instructif et peut nous aider à faire un choix par exemple| |Relaxations : Faire un choix | Article : Faire un choix.

Nous avons perdu notre 6ème sens, il est pourtant inné mais notre mode de fonctionnement actuel, notre culture nous éduque à le nier, nous devons réapprendre à ‘sentir’, à ‘s’écouter’…. c’est dingue car cela devrait être aussi simple que respirer, voir ou toucher !

L’intuition c’est ce mélange entre l’instinct, le sixième sens, une émotion, …

A mon sens, il y aurait beaucoup moins de ‘malades mentaux’ (ils ne sont pas en accord avec le mental qu’on nous demande d’acquérir) si on ne coupait pas dès notre tendre enfance cette liaison avec notre Moi intérieur si riche d’enseignements et d’équilibre émotionnel. Si on ne nous mettait pas tous dans des cases, des boîtes boycottant nos élans, nos différences, en nous comparant, en nous menaçant de marginalité, de rejet, de prisons médicamenteuses, … si on franchit la ligne ! A l’âge adulte, la plupart d’entre nous sommes complètement déconnectés de nous-mêmes, nous fonctionnons comme des bons petits soldats… Puis certains pètent un plomb, d’autres dépriment, d’autres subissent, d’autres encore font semblant, d’autres encore sont en colère, critiquent tout, … puis avec l’âge, avec la conscience certains s’attellent à retrouver cette connexion et pour cela passent parfois par une maladie ou un burn out…

Vieillir est obligatoire, grandir est un choix

STOP à la question pourquoi ? :

  • Pourquoi nous coupe de nos réponses intuitives
  • Pourquoi nous relie directement à notre mental
  • Notre mental aime avoir raison et est limité par ses croyances, par sa propre carte du monde
  • Notre mental nous coupe du ressenti
  • Notre mental nous pousse à toujours reproduire les mêmes erreurs
  • Notre mental déteste l’inconnu donc ne nous pousse pas à prendre des risques
  • Ecouter notre ressenti, notre corps, notre cœur nous permet d’évoluer
  • S’écouter est hyper instructif

GO à l’intuition :

  • Prendre conscience de ces petites idées qui nous traversent
  • Suivre nos idées, expérimentons
  • Rechercher le silence, on entend moins bien dans le bruit, l’action
  • La nature, les promenades permettent ce lâcher prise qui calme le mental et laisse la place à l’intuition
  • La relaxation, méditation, respiration consciente sont d’excellents catalyseurs d’idées intuitives
  • Face à des questions, si l’idée ne nous vient pas spontanément, lâchons prise et écoutons tout au long de la journée, les idées ‘nouvelles’ qui nous viendront
  • Soyons attentifs aux signes, à ce qui attire notre attention, une affiche, une phrase dans un texte, les paroles d’une chanson, une conversation, une rencontre, …
  • Si tout va de travers, si on se cogne, une multitude de ‘pas de chance’ .. nous ne sommes pas sur la bonne route
  • Ne craignons pas de prendre un chemin différent, de dire ‘oui’ à une invitation que nous aurions refusé habituellement, de sortir des sentiers battus, … laissons nous glisser vers les surprises de la vie
  • L’intuition est comme le fait de savoir quelque chose sans avoir aucune idée de pourquoi on le sait, c’est l’inconscient qui  nous guide
  • Faisons nous confiance !
  • Réflexions : Se rapprocher de Soi

*Carte du monde : c’est la carte que nous nous sommes créées depuis notre naissance via notre éducation familiale, scolaire, nos expériences, notre culture, … nos conditionnements. Imaginez une plaque de métal et dites-vous que chaque fois que l’on vous ‘apprend’ quelque chose, cela forme un trou qui laisse passer un rayon de lumière à travers la plaque. Par exemple, enfant, on vous a répété que rester calme sans se faire remarquer était une bonne chose, qu’avoir beaucoup d’argent était automatiquement lié à de la malhonnêteté, que la vie c’était dure, que les hommes étaient tous lâches, que les femmes étaient faibles, … que l’énergie nucléaire c’était la meilleure solution, qu’il fallait se marier et avoir des enfants pour être heureux, … la liste est sans fin. Le mental a besoin d’avoir raison donc il va toujours regarder par les mêmes petits trous et percevoir uniquement les situations qui confirment ses croyances. On ne voit que ce que l’on croit. Et cela nous limite à d’autres possibles. Voyager, découvrir d’autres cultures est très enrichissant et élargit cette carte du monde !

 

Le génie en toute chose est une intuition.
Honoré de Balzac

 

Il n’y a de science qu’avec l’intuition et la déduction
René Descartes

 

« Si nous suivons nos intuitions, nos aspirations, nos idées et nos désirs personnels, nous ne devrions jamais connaître que joie et santé. »
Docteur E. Bach

 

Un petit exercice ludique assez ‘bluffant’, je trouve. Ne vous posez pas trop de questions en le mettant sur papier, vous cogiterez dans un second temps 🙂

Prenez une feuille de papier et transcrivez ce que vous ressentez face à l’argent en mentionnant le mot ‘argent’ dans chacune de vos phrases.

Par exemple : “Je dépense de l’argent sans compter”

Ecrivez autant de phrases que vous désirez et qui soient en accord avec votre comportement face à l’argent.

Allez-y puis revenez et écoutez ceci !

[su_audio url=”https://adit-i.com/wp-content/uploads/2019/07/amour-vs-argent.mp3″]

Interpellant non ?

A présent, prenez conscience de vos besoins affectifs d’après cette liste et trouvez les solutions pour satisfaire vos besoins par vous-mêmes sans chercher à les combler par l’extérieur, sans demander à votre conjoint(e), vos amis, vos parents, vos enfants de vous remplir ce vide…

“Je commence à me donner ce qui me manque”

Assouvir mes besoins affectifs est la base du socle pour m’élever, pour trouver la paix et l’harmonie.

Une autre prise de conscience est de lister ce que j’ai besoin de l’autre, ce que je demande à l’autre. Demandez vous si vous pouvez lui donnez également… ? Je ne le pense pas. Par exemple si vous avez besoin que votre conjoint vous rassure, serez-vous capable de vous rassurez vous-mêmes ? seriez-vous capable de le rassurer ? Alors, est-ce que cela tient la route de demander à l’autre quelque chose que l’on ne peut pas se donner, ou donner aux autres… Et dans le cas où votre conjoint remplit ce besoin, imaginez ce que vous ressentirez le jour où il ne sera plus là pour le faire… ? Vous vous écroulerez, vous lui en voudrez, ce n’est pas son rôle, vous vous rendez dépendant(e) de l’autre, à vous d’apprendre à vous rassurer par vous-mêmes ! C’est une des clefs du bonheur !

Comme toujours, être responsable de sa vie, sortir de ces ressentiments face aux autres (conjoint, parents, famille, collègues, …), chacun fait ce qu’il peut, chacun est sur sa route, à son rythme. Ne tombons plus dans le piège du triangle infernal (sauveur, victime ou/et  bourreau).

Ce travail sur soi-même se fait pas à pas, je n’ai pas la prétention de vous coacher sur comment sortir de vos travers amoureux mais je trouvais ce petit exercice ludique et pour moi, criant de vérité. J’ai donc ressenti l’envie de le partager.

N’hésitez pas à partager vos commentaires.

On récolte que ce que l’on s’aime