Articles

Être face à un choix peut devenir un vrai casse tête ! Il n’y a pas de mauvais choix… mais notre mental a peur et brouille les pistes. C’est la période de doutes qui est difficile à  vivre, une fois la décision prise, on se sent libéré, plus léger ! Voici quelques astuces pour passer ce cap.

 

J’étais moi même face à  ce problème aujourd’hui même. Je suis une spécialiste pour me casser la tête… Et pourtant je connais les outils, je les transmets mais mon petit vélo dans la tête continuait à me polluer. Une amie me conseilla d’interroger mon corps… tellement évident… j’ai d’ailleurs enregistré une relaxation qui s’appelle “Faire un choix”… et qui se trouve sur ce site je l’ai écoutée et j’ai décidé de vous écrire cet article.

Je vous joindrai l’audio en fin d’article.

En fait, c’est assez simple : on relaxe le corps afin qu’il se détache du mental, par la relaxation, la respiration… puis on pose ses 2 choix : le vert et le bleu ou le A et le B. Bien détendu, on imagine avoir choisi la solution A et se trouver dans la situation après avoir fait le choix. On laisse le corps s’exprimer : des tensions ? un bien-être ? gorge serrée ? détente ?… et on pratique le même exercice avec la solution B. En général, c’est évident. Je détaille cela dans l’enregistrement, il suffit de se laisser guider. L’important est vraiment de ne plus laisser le mental prendre le dessus, il est déjà occupé depuis des heures à vous casser la tête, si il avait la réponse vous ne seriez pas dans le doute ! Votre corps ne ment jamais, faites lui confiance !

D’autres techniques pour laisser la vérité s’exprimer est d’écrire, laisser aller son stylo par rapport au problème qui nous occupe, tout dire enfin tout écrire, des surprises pourront s’inviter sur le papier… Une autre technique est parler à voix haute ! Oui car des pensées peuvent se contredire dans votre tête… n’est-ce pas ? Lorsque vous parlez tout haut, ce n’est pas possible. Une bonne manière est de s’enregistrer et de tout lâcher, je vous promets que c’est surprenant !

Bien sûr, les Fleurs de Bach sont aussi d’un grand secours, Cerato pour laisser parler son intuition et l’écouter, Scleranthus lorsqu’on hésite constamment entre 2 choix, on balance de l’un à l’autre et White Chestnud pour calmer les pensées incessantes qui tournent dans votre tête. Ou encore Wild Oat, lorsque vous hésitez, vous vous dispersez, un pas en avant, 2 pas en arrière…  Fleurs de Bach

Parfois il suffit de prêter attention à des “signes“, on pose clairement la question et on laisse venir… on trouvera des réponses grâce à une phrase entendue à la radio, le titre d’un livre, la slogan d’une pub, un mot sur un tee shirt, une citation ou une conversation entendue ‘par hasard’… Certains ouvriront un livre et pointeront du doigt n’importe quel mot…

Les rêves sont également d’un grand secours, posez vous la question avant de vous endormir et souvenez vous à votre réveil, avant d’ouvrir les yeux, de ce qui vous apparaît ! Pour ceux qui porte de l’intérêt aux rêves, je vous conseille le livre : L’art de rêver de Nicole Gratton. Vous la trouverez sur YouTube, cela vous donnera une idée du pouvoir des rêves ! Magique !

On se sent tellement mieux après avoir pris sa décision ! Cela vaut vraiment la peine d’essayer !

Bon choix !

N’hésitez pas à mettre sur pause pour vous donnez le temps nécessaire pour bien descendre en vous.

Une pensée passe toujours par notre mental, c’est à dire par des filtres créés par notre ‘carte du monde’*, par nos croyances, nos peurs, nos conditionnements. Une intuition vient du cœur et est toujours la 1ère idée qui tombe du ciel.

 

Une intuition est toujours une bonne idée ! Elle sera toujours LA bonne réponse et c’est pour cela qu’il est utile de prendre conscience de la différence entre nos pensées et nos intuitions.

Nos pensées mentales (le mental ment…) se traduisent souvent par cette voix saboteuse qui nous chuchote : mais non, tu n’y arriveras pas, et comment vais-je m’en sortir ?, c’est trop cher, trop loin, trop dangereux, trop facile, pas possible… Ces pensées sont reliées au passé ou à l’avenir.

Par contre l’idée intuitive est toujours liée au moment présent et précède souvent la voix saboteuse, la pensée mentale. Et c’est cette idée-là  qu’il faut capter sans laisser le mental la détruire ! Pour prendre conscience de cette différence subtile entre la pensée et l’idée intuitive, soyez attentif lorsque vous cuisinez par exemple, une idée vient et vous la suivez (une épice inhabituelle, un mélange original, …), ou bien vous êtes dans vos pensées et tout à coup l’idée d’envoyer un message à X ou l’idée de changer de place un objet, ou une idée pour un job en cours, …. Suivez cette idée ! Attrapez-là ! Ce petit exercice développera votre intuition et augmentera votre dextérité à suivre les bonnes idées, cela deviendra naturel et vous serez étonné du bien que cela vous apportera. Ne me dites pas qu’il ne vous est jamais arrivé de vous dire : Mais oui, je le savais… j’y avais justement pensé… c’est dingue cette coïncidence… on en parlait justement… rhooo je le sentais !

« L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. »
A. Einstein

Notre mental fait plein d’erreurs pour se donner raison, il boycotte notre imagination, tue notre intuition. Le mental n’est pas notre maître comme on nous l’enseigne, il est notre serviteur ! Utilisons ce merveilleux cerveau mais en gardant toujours notre liberté, nos rêves, notre ouverture d’esprit, notre esprit critique, … et réapprenons à écouter notre cœur et notre corps. N’ayons plus peur de nous planter, ce sont ces expériences qui  nous feront grandir !

Quand je me plante, je pousse !

Il y a plein de manipulations pour laisser le mental prendre le dessus : Si tout le monde le dit, c’est que c’est vrai (on a longtemps cru que la terre n’était pas ronde) | Si un expert le dit, c’est vrai… (1 expert ? il ne peut  pas se tromper ?) | on recherche toujours des informations qui confirment nos pensées | on se limite à 2 possibilités sans chercher d’autres alternatives | on donne une seule raison (celle qui nous arrange) face à une situation | on stagne dans ce que l’on connait, on a peur de l’inconnu,… le mental c’est l’égo, il veut nous protéger !

Si cela vous intéresse, plusieurs audios y sont consacrés dans la partie   : L’Ego | Le pouvoir des pensées | Faire une pause | La peur.

La question Pourquoi ? nous limite ! Pourquoi ?

Face à un problème, nous avons des ‘réponses intuitives‘ qui sont toujours de bonnes réponses. Mais tout de suite, on se pose la question du Pourquoi ? On se relie directement au mental qui ne peut nous communiquer que ce qu’il connaît, que ce en quoi il croit, comme déjà expliqué plus haut, notre fameuse carte du monde*. Comme notre mental veut avoir raison, il reproduit sans cesse les mêmes schémas, les mêmes raisonnements et cela bloque notre évolution et n’élargit pas notre champ de vision.

Ce que nous sentons est hyper instructif et peut nous aider à faire un choix par exemple| |Relaxations : Faire un choix | Article : Faire un choix.

Nous avons perdu notre 6ème sens, il est pourtant inné mais notre mode de fonctionnement actuel, notre culture nous éduque à le nier, nous devons réapprendre à ‘sentir’, à ‘s’écouter’…. c’est dingue car cela devrait être aussi simple que respirer, voir ou toucher !

L’intuition c’est ce mélange entre l’instinct, le sixième sens, une émotion, …

A mon sens, il y aurait beaucoup moins de ‘malades mentaux’ (ils ne sont pas en accord avec le mental qu’on nous demande d’acquérir) si on ne coupait pas dès notre tendre enfance cette liaison avec notre Moi intérieur si riche d’enseignements et d’équilibre émotionnel. Si on ne nous mettait pas tous dans des cases, des boîtes boycottant nos élans, nos différences, en nous comparant, en nous menaçant de marginalité, de rejet, de prisons médicamenteuses, … si on franchit la ligne ! A l’âge adulte, la plupart d’entre nous sommes complètement déconnectés de nous-mêmes, nous fonctionnons comme des bons petits soldats… Puis certains pètent un plomb, d’autres dépriment, d’autres subissent, d’autres encore font semblant, d’autres encore sont en colère, critiquent tout, … puis avec l’âge, avec la conscience certains s’attellent à retrouver cette connexion et pour cela passent parfois par une maladie ou un burn out…

Vieillir est obligatoire, grandir est un choix

STOP à la question pourquoi ? :

  • Pourquoi nous coupe de nos réponses intuitives
  • Pourquoi nous relie directement à notre mental
  • Notre mental aime avoir raison et est limité par ses croyances, par sa propre carte du monde
  • Notre mental nous coupe du ressenti
  • Notre mental nous pousse à toujours reproduire les mêmes erreurs
  • Notre mental déteste l’inconnu donc ne nous pousse pas à prendre des risques
  • Ecouter notre ressenti, notre corps, notre cœur nous permet d’évoluer
  • S’écouter est hyper instructif

GO à l’intuition :

  • Prendre conscience de ces petites idées qui nous traversent
  • Suivre nos idées, expérimentons
  • Rechercher le silence, on entend moins bien dans le bruit, l’action
  • La nature, les promenades permettent ce lâcher prise qui calme le mental et laisse la place à l’intuition
  • La relaxation, méditation, respiration consciente sont d’excellents catalyseurs d’idées intuitives
  • Face à des questions, si l’idée ne nous vient pas spontanément, lâchons prise et écoutons tout au long de la journée, les idées ‘nouvelles’ qui nous viendront
  • Soyons attentifs aux signes, à ce qui attire notre attention, une affiche, une phrase dans un texte, les paroles d’une chanson, une conversation, une rencontre, …
  • Si tout va de travers, si on se cogne, une multitude de ‘pas de chance’ .. nous ne sommes pas sur la bonne route
  • Ne craignons pas de prendre un chemin différent, de dire ‘oui’ à une invitation que nous aurions refusé habituellement, de sortir des sentiers battus, … laissons nous glisser vers les surprises de la vie
  • L’intuition est comme le fait de savoir quelque chose sans avoir aucune idée de pourquoi on le sait, c’est l’inconscient qui  nous guide
  • Faisons nous confiance !
  • Réflexions : Se rapprocher de Soi

*Carte du monde : c’est la carte que nous nous sommes créées depuis notre naissance via notre éducation familiale, scolaire, nos expériences, notre culture, … nos conditionnements. Imaginez une plaque de métal et dites-vous que chaque fois que l’on vous ‘apprend’ quelque chose, cela forme un trou qui laisse passer un rayon de lumière à travers la plaque. Par exemple, enfant, on vous a répété que rester calme sans se faire remarquer était une bonne chose, qu’avoir beaucoup d’argent était automatiquement lié à de la malhonnêteté, que la vie c’était dure, que les hommes étaient tous lâches, que les femmes étaient faibles, … que l’énergie nucléaire c’était la meilleure solution, qu’il fallait se marier et avoir des enfants pour être heureux, … la liste est sans fin. Le mental a besoin d’avoir raison donc il va toujours regarder par les mêmes petits trous et percevoir uniquement les situations qui confirment ses croyances. On ne voit que ce que l’on croit. Et cela nous limite à d’autres possibles. Voyager, découvrir d’autres cultures est très enrichissant et élargit cette carte du monde !

 

Le génie en toute chose est une intuition.
Honoré de Balzac

 

Il n’y a de science qu’avec l’intuition et la déduction
René Descartes

 

« Si nous suivons nos intuitions, nos aspirations, nos idées et nos désirs personnels, nous ne devrions jamais connaître que joie et santé. »
Docteur E. Bach

 

Un petit très sympa pour apprendre à se connaître…

Voici 5 symboles, prenez une feuille de papier et redessinez-les dans l’ordre de votre préférence sans réfléchir, instantanément. Donc le symbole à gauche sera votre préféré et au bout de la ligne à droite, celui qui vous déplaît le plus.

Ne réfléchissez pas et classez les le plus rapidement possible.

Les résultats du test de Tsakura Ikadake

Ce test peut être refait dans un mois, dans un an et les résultats seront différents car nos priorités, nos choix, notre évolution personnelle évolue au fil du temps. Heureusement 🙂

La signification de chaque symbole :

La spirale signifie l’évolution, la croissance. le développement, l’expansion

Le carré représente la stabilité, les lois, les règles, le cadre, la structure, l’organisation, la sécurité

Le cercle représente l’identité, l’individualisation, être, notion d’unité, l’indépendance

Le triangle représente le but, l’objectif, la direction, le rêve, le projet

La croix représente le lien, la communication, les relations avec soi et avec les autres, ce qui se croisent

La signification de sa position :

  • Position 1 (la plus à gauche) : Indique ce qui retient mon attention aujourd’hui, ce dans quoi j’investis mon énergie, ma motivation. Domaine sur lequel mon énergie est centrée (préoccupation du moment).
  • Position 2 : Correspond aux dons, qualités développées, ressources sur lesquelles je m’appuie. Ressource connue, acquise, naturelle.
  • Position 4 : précise ce qui est acquis, qui est le fruit de beaucoup de travail, ressources acquises. Ce fut un sujet de réflexion et qui demanda du travail mais qui est complètement intégré.
  • Position 5 : spécifie ce qui est en friche, en développement. C’est une zone de difficulté en chantier pour laquelle je ne suis pas motivé mais que je n’ai pas besoin de la travailler car il se résoudra tout seul grâce au symbole en position 3 qui est le plus important
  • Position 3 : est le domaine qui est en friche, et qui est le plus important à développer, à travailler pour atteindre la position 1 et donner une réponse concrète au 5. C’est le domaine sur lequel je dois me centrer pour passer à l’étape suivante.
  • Les positions 2 et 4 sont les ressources, les forces laissées de côté et moins prioritaires.

Donc le symbole qui est en position 3 est le domaine le plus important à travailler pour le moment.

Personnellement le résultat de ce test était très judicieux.

Et vous ?

La Fleur de Vie est une figure géométrique composée d’une juxtaposition de 19 cercles égaux, reliés centre-à-centre.

Le Symbole de la Fleur de Vie est considéré comme sacré à travers de nombreuses traditions de par le monde.

Elle peut être utilisée dans notre quotidien pour protéger, harmoniser, régénérer, …

La Fleur de Vie a également été trouvée dans plusieurs endroits de la planète tels que l’Egypte, la Turquie, la Grèce, l’Irlande, l’Angleterre, Israël, au Mont Sinaï, en Inde, en Espagne et dans de nombreux temples au Japon et en Chine … Ceci à toutes les époques et dans toutes les cultures qui, selon les archéologues, n’avaient aucun contact direct. La Fleur de Vie a été étudiée et utilisée également par Léonard de Vinci et Platon.

Ces formes ont été analysées et ont révélé contenir les figures d’entre autres :

  • graine de vie
  • œuf de la vie (embryon)
  • plan de l’univers
  • solide de Platon (cube)
  • arbre de vie
  • couleurs primaires
  • ton et demi-ton (musique)
  • formules mathématiques
  • base de la structure ADN
  • les proportions du corps humain
  • la dimension et l’emplacement des étoiles, des planètes et des lunes

Il est troublant de constater que ce symbole se retrouve aux 4 coins de la planète et à toutes les époques… Le message contenu dans la fleur de la Vie est si important et pourtant occulté pendant des millénaires, même si chacun pouvait en découvrir la représentation ici ou là, dans une sculpture, une gravure ou un motif décoratif.

La fleur de Vie est comme son nom l’indique au bénéfice de la Vie. D’une énergie symbolique universelle surpuissante apportant protection, douceur et harmonie pour celles et ceux qui la porte ou la regarde. Elle est au service de la paix, de la liberté … Et bien évidemment aussi, de la réussite autant matérielle que spirituelle !

Au niveau symbolique, elle représente :

  • la connexion de toutes manifestations de la vie et de l’esprit
  • l’absence de vide, nous sommes tous reliés
  • reconnexion avec une dimension sacrée, originelle
  • favorise la communication avec le supra mental
  • active la guérison des blessures de l’âme
  • favorise la synchronicité, la visualisation, l’intuition

UTILISATION

  • Symbole de la fleur de vie peut être imprimé (un fichier pdf à imprimer se trouve ici FLEUR DE VIE)
  • Ne pas mettre dans la chambre à coucher, son effet dynamisant pourrait vous empêcher de dormir
  • Elle régénère, rééquilibre, harmonise, dynamise, protège et diminue les effets nocifs des ondes
  • Lieu de vie : harmonisation vibratoire, protection du lieu
  • AlimentsProduits de soin : Conservation, régénération, protection. Fleur à placer sous vos bouteilles, dans le placard, dans le frigo ou près de vos flacons d’huiles essentielles et végétales
  • Jardinage : Poser près des plantes en souffrance

Voici un exemple de traditions ancestrales méconnues qui je trouve vaut la peine d’être utilisée.

[su_youtube url=”https://youtu.be/vL8Zhz3j58s”]

Comment surmonter les dépendances, les envies fortes ? De la drogue au chips, en passant par le tabac…, nos automatismes sont les mêmes. Beaucoup d’entre nous aimeraient changer un certain nombre de choses, mais il peut sembler difficile voir impossible de dépasser ces habitudes néfastes. Et pourtant, c’est possible et pas si difficile. C’est ce que j’ai voulu démontrer avec Adit-i et cet article de Léo Balbauta (créateur du Blog ZenHabits) regroupe pas mal de pistes concluantes. J”y ai rajouté quelques annotations.

Voici quelques exemples des envies et dépendances dont nous voudrions nous débarrasser :

  • Drogues, alcool, nourriture, tabac
  • Excès de jeux vidéo, pornographie, internet, téléphone portable
  • Shopping/les achats en ligne
  • Sucre/bonbons, Sodas, Ships, café, etc..
  • Se ronger les ongles ou autres habitudes nerveuses

La plupart de ces envies deviennent dépendances ou nuisibles par excès. Avoir besoin de …, ne plus pouvoir s’en passer… malgré que nous soyons conscients que cela nous rend malades, que cette habitude est nuisible pour notre corps, notre tête, notre être tout entier… nous continuons à fumer, trop manger, trop boire, trop jouer, … Alors, en prendre conscience est le 1er pas et parfois on aura besoin d’une aide pour sortir la tête de l’eau.

Mais voici une association de stratégies de pleine conscience et de changement de comportement :

SURFER SUR SES ENVIES 

  1. Soyez attentif lorsque vous sentez monter une forte envie de … Faites une pause au lieu d’agir sous l’effet de cette envie, restez simplement assis ou immobile et conservez cette envie avec pleine conscience.
  2. Notez l’endroit où la sensation physique de l’envie se trouve dans votre corps. Est-ce dans votre estomac ? Votre poitrine ? Votre bouche ? Concentrez-vous sur cette partie de votre corps et essayez de remarquer attentivement les sensations que vous ressentez.
  3. Laissez-les s’élever et atteindre leur pic, monter puis descendre, comme une vague. Observez-les, comme si vous regardiez une vague. Il n’y a pas de quoi paniquer, il ne s’agit que d’une sensation qui monte et qui descend.

Vous pouvez le faire pendant une minute ou deux, ou même plus. Après que l’envie se soit calmée, il se peut qu’elle revienne, et vous pouvez répéter le même exercice. Vous pouvez également passer à d’autres parties de votre corps où vous remarquez des sensations liées aux envies.

Pour vous guider, vous pouvez écouter les relaxations dans le step 2 sur le Vide et/ou sur les Émotions négatives. LIEN

Pourquoi cela fonctionne : Nous interrompons la partie de notre cerveau qui ne fait qu’agir impulsivement sur nos envies, et nous passons à une nouvelle partie de notre cerveau. Cette interruption de modèle est cruciale pour affronter les envies. Nous nous rendons aussi compte que l’envie n’est ni un besoin urgent, ni un ordre, mais plutôt une sensation dont nous pouvons nous éloigner en en prenant conscience.

 

CHANGER D’ENVIRONNEMENT

  1. Éliminez les tentations de votre environnement. Quand j’ai voulu changer mes habitudes alimentaires, je m’étais débarrassé de tout ce qui est malbouffe.
  2. Éloignez-vous de l’environnement dans lequel vous êtes tenté. N’allez pas dans la cuisine de votre bureau si vous voulez éviter les collations. Lors d’une fête organisée au bureau, vous pouvez vous éloigner de l’endroit où se trouve le buffet.
  3. Modifiez l’environnement de sorte que vous soyez le moins possible sujet à la tentation. Evitez “le” quartier si vous êtes toxico, évitez de garder des cigarettes chez vous si vous arrêtez de fumer, n’achetez pas du chocolat si vous êtes addict, éteignez votre play, prévoyez d’autres activités pour votre soirée, n’achetez pas ‘LE’ nouveau jeu, …

Pourquoi cela fonctionne : s’il n’y a pas de tentations autour de nous, ou si elles sont difficiles à atteindre, les envies sont beaucoup moins fortes. Le fait de voir du gâteau devant soi ou d’être entouré de gens qui fument ou qui consomment de la drogue ou de l’alcool vous rend beaucoup plus susceptible de succomber à de telles activités. Si nous pouvons concevoir notre environnement de manière à le rendre moins susceptible d’être entouré de tentations, nous aurons moins ou pas du tout d’envies à affronter.

LES CAPACITÉS D’ADAPTATION 

Les dépendances sont souvent notre façon de faire face au stress ou à d’autres difficultés.

Au fil des années, nous avons appris à utiliser la dépendance comme un mécanisme d’adaptation. Pour cela, quand le stress survient aujourd’hui, nous avons de fortes envies de succomber à la tentation.

Nous ne pouvons donc pas simplement éliminer la dépendance, parce que nous aurons toujours à faire face au stress. Nous devons plutôt la remplacer par une activité plus saine pour faire face au stress dans nos vies.

Ainsi, lorsque nous essayons de nous débarrasser d’une dépendance et que le stress survient, nous avons besoin d’un nouveau mécanisme d’adaptation plus sain. Et quand cette envie surgit, nous devons mettre en place le nouveau mécanisme d’adaptation au lieu de l’ancienne habitude. Attention ne pas remplacer une habitude néfaste par une autre comme par exemple manger du sucré à la place de fumer… !

Quelques exemples :

  • La méditation (Adit-i regorge de relaxations guidées allant dans ce sens)
  • Aller se promener ou courir
  • Faire d’autres types d’exercices physiques ou du sport
  • Parler à quelqu’un
  • Prendre un bain ou une douche
  • Boire une boisson chaude relaxante
  • Faire du yoga
  • Se masser soi-même ou se faire masser
  • Boire de l’eau
  • S’occuper l’esprit par des jeux genre sudoku, mots croisés ou du coloriage

Choisissez une activité et essayez de la mettre en pratique chaque fois que vous êtes stressé. Bientôt, vous aurez une façon plus saine de faire face au stress. Comme par exemple, respirez, boire de l’eau et l’envie s’envole, c’est une stratégie Adit-i pour se libérer du tabac.

Pourquoi cela fonctionne : si vous mettez en place un autre mécanisme d’adaptation, votre dépendance occupera une place plus restreinte et vos envies seront moins fortes avec le temps. Votre cerveau va enregistrer que face à telle situation de stress, vous faites tel ou tel activité et il va effacer petit à petit la mauvaise habitude.

RELEVER NOTRE NIVEAU DE RÉFÉRENCE

Sommeil – Soutien – Santé émotionnelle

Lorsque nous sommes fatigués, déprimés ou que nous nous sentons seuls… nous n’avons tout simplement pas la volonté ou la base émotionnelle pour faire face au stress, aux envies et aux dépendances. Nous céderons, oublierons de surfer sur nos envies, oublierons de changer notre environnement ou de créer un nouveau mécanisme d’adaptation. En ces moments, rien de tout cela ne semble avoir de l’importance. Toutes les techniques précédentes sont jetées aux oubliettes, plus envie de faire d’effort, … à quoi ça sert…

Vous devez donc élever votre base de référence :

  1. Dormez et reposez-vous suffisamment. Faites de cela une priorité, ou tout le reste ne servira à rien. Éteignez les appareils à une certaine heure chaque soir, dressez votre liste de choses à faire pour le lendemain, brossez vos dents, puis méditez en allant dormir.
  2. Obtenez davantage de soutien. Des amis à qui vous pouvez parler, un soutien professionnel, un groupe de soutien en ligne. Appuyez-vous sur eux, parlez de vos difficultés et écoutez-les en retour. En créant ce genre de connexion, vous risquez moins de vous sentir isolé. Evitez les réseaux sociaux qui ne sont pas des liens réels mais tournez vous vers des amis, des vrais qui savent vous écouter.
    Créez un carnet de bord : soyez votre propre soutien. En écrivant vos ressentis, votre évolution (indiquez les dates), vous pourrez voir ce qui a déjà été accompli, prendre conscience de beaucoup de choses, de situations qui se répètent sans cesse, de votre comportement que vous pouvez améliorer, toujours avec bienveillance pour vous-mêmes, …) Ecrire permet de lâcher beaucoup de choses inconscientes.

Faire face aux sentiments de dépression, de solitude, de tristesse ne sont pas simples et rapides. C’est le travail d’une vie mais être sur le chemin en prenant conscience de vos comportements, vous permettra de trouver des pistes pour approcher chaque jour un corps émotionnellement plus sain. C’est le but d’Adit-i de vous guider sur les premiers pas de ce chemin, il y a beaucoup plus de chances que les dépendances disparaissent et ne reviennent pas si vous prenez vos problèmes de dépendance avec une approche holistique . Par conséquent, faites également de votre santé émotionnelle une priorité. Le sommeil et le soutien, ainsi que des mécanismes d’adaptation plus sains, sont de bons points de départ.

Pourquoi cela fonctionne : élever votre base de référence signifie que vous serez désormais plus fort pour faire face à vos envies.

CONCEVOIR UN PLAN

Avec tout cela à l’esprit, voici un plan que vous pourriez commencer à mettre en œuvre…

Chaque semaine, choisissez un ou deux de ces points sur lesquels vous vous concentrerez :

  1. Dormez bien. Revoyez les conseils à ce sujet dans la section ci-dessus.
  2. Obtenez de l’aide. Encore une fois, les amis, les groupes de soutien en ligne, les groupes de soutien locaux et les professionnels peuvent être d’un grand secours.
  3. Entraînez-vous à surfer sur vos envies. Vous n’avez pas besoin d’être parfait à cela, tout ce que vous avez à faire c’est de vous entraîner.
  4. Commencez à changer votre environnement. Débarrassez-vous de ce qui vous incite à la tentation ou bloquez les sites qui vous tentent.
  5. Commencez à travailler sur votre santé émotionnelle. La pratique de la gratitude constitue pour beaucoup un bon point de départ, même si une aide professionnelle peut être recommandée pour certains.
  6. Choisissez une autre stratégie d’adaptation : la respiration profonde, le yoga, la méditation, aller faire une promenade, parler à une autre personne, prendre une infusion chaude, l’auto-massage, l’EFT, … Choisissez quelques stratégies que vous essaierez.
  7. Trouvez vos points faibles et changez d’environnement ou créez une stratégie en fonction de votre environnement. Pouvez-vous vous retirer de cet environnement ou demander l’aide des autres pour vous empêcher de céder à la tentation ?

Encore une fois, n’essayez pas de faire tout cela d’un coup… choisissez deux stratégies chaque semaine et travaillez dessus. Ensuite, choisissez-en deux autres la semaine suivante, et ainsi de suite. Revoyez les stratégies qui ont besoin de plus de pratique ou de mise au point.

Considérez cela comme un exercice d’apprentissage qui vous permettra non pas d’abandonner une habitude du jour au lendemain, mais d’acquérir progressivement la capacité de mieux affronter les envies et les dépendances avec le temps.

En me basant sur ma propre expérience, je vais vous dire une chose : c’est tout à fait possible. Si vous savez à quel point cela vous nuit (ainsi qu’à vos relations, à votre travail, etc.), vous ferez l’effort d’arrêter de vous faire du mal de cette façon. Et c’est là un acte d’amour.

Source : Léo Balbauta – Adit-i

Cet article est une traduction d’un article de Léo Balbauta annotés de quelques commentaires personnels. Cette ligne de conduite rejoint en plusieurs points la méthode Adit-i.

 

La théorie des intelligences multiples  élaborée par Howard Gardner…

Nous sommes tous intelligents et la théorie des intelligences multiples classifie 8 types d’intelligence que je vous détaillerai ci-après. En annexe, un petit test dans un fichier excel qui vous permettra d’identifier quels sont les intelligences les plus marquées de votre personnalité.

Le but de cet article est d’apprendre à mieux se connaître afin d’évoluer, afin d’exploiter nos talents, … et à mieux connaître nos proches.
Je trouve important de réaliser que nous sommes tous différents, avec des capacités et des talents variés. L’intelligence ne se mesure pas uniquement par nos diplômes, notre mémoire. L’intelligence musicale, l’intelligence du corps, toutes les intelligences sont à prendre en compte même si notre société nous a habitué à se focaliser sur les mathématiques par exemple. Lorsque nous sommes confrontés aux problèmes de nos enfants face à la scolarité actuelle, ce genre de test peut vraiment aider à mieux les comprendre, mieux les guider et surtout arrêter de les juger par rapport aux diktats de notre société.
Vous trouverez sur Internet des explications détaillées sur chaque type d’intelligence, je joins ici un résumé.
Naturaliste Capacité à observer, reconnaître et classifier la nature
L’intelligence naturaliste permet à l’individu de classifier, de discriminer, de reconnaître et d’utiliser ses connaissances sur l’environnement naturel, sur les animaux, sur les végétaux ou sur les minéraux. Souvent les personnes chez lesquelles cette forme d’intelligence est bien développée aiment posséder un cahier de notes d’observations ou garder leurs observations en mémoire; elles aiment prendre soin d’animaux, cultiver un jardin et sont en faveur de l’établissement de parcs dans leur ville.
Métiers : biologistes, botanistes, archéologues, écologistes, océanographes, zoologistes, fermiers, explorateurs, chasseurs, pêcheurs,  cuisinier, …
Élève : est un observateur. Il perçoit les détails, les nuances.  Il est sensible aux sons et aux caractéristiques de son environnement. Il aime la nature.
Visuo-spatiale Capacité à percevoir et se représenter le monde
L’intelligence visuo-spatiale permet à l’individu de se faire une représentation spatiale du monde dans son esprit.  Elle donne la possibilité de créer des œuvres d’art et artisanales, d’agencer harmonieusement des vêtements, des meubles, des objets, de penser en images.
Métiers : géographe, peintre, dessinateur de mode, architecte, photographe, styliste, cameraman, pilote, dentiste, …
Élève : sensible aux représentations visuelles. Il transforme facilement les apprentissages en images mentales. Il comprend et mémorise mieux en visualisant les objets, les graphiques et les images.  Son imagination est importante et utile.
Musicale Capacité à reconnaître, interpréter et créer des musiques, rythmes, …
L’intelligence musicale est la capacité de penser en rythme et en mélodie, de reconnaître des modèles musicaux, de les mémoriser, de les interpréter, d’en créer, d’être sensible à la musicalité des mots et des phrases.
Métiers : tout métier se rapportant à la musique, compositeur, musicien, poète, danseur, ingénieur du son, …
Élève : sensible aux mélodies et aux rythmes.  Il aime et comprend la musique. Elle le relaxe. Il peut utiliser le rythme pour apprendre.
Kinestésique Capacité à utiliser son corps, à s’exprimer physiquement
L’intelligence kinesthésique est la capacité d’utiliser son corps ou une partie de son corps pour communiquer ou s’exprimer dans la vie quotidienne ou dans un contexte artistique, pour réaliser des tâches faisant appel à la motricité fine, pour apprendre en manipulant des objets, pour faire des exercices physiques ou pratiquer des sports.
Métiers : Athlètes, Menuisiers, Chirurgiens, Comédiens, Artisans, Pompiers, …
Élève : s’épanouit dans toutes les activités sportives et théâtrales. Il apprend mieux quand il peut utiliser son corps, manipuler et toucher les objets.  Il s’exprime beaucoup avec ses mains.
Intra personnelle Capacité à se connaître, à s’introspecter, à être intuitif
L’intelligence intra-personnelle est l’aptitude à faire de l’introspection, c’est-à-dire à revenir à l’intérieur de soi, à identifier ses sentiments, à analyser ses pensées, ses comportements et ses émotions. Cette forme d’intelligence permet de se comprendre soi-même, de voir ce qu’on  est capable de faire, de constater ses limites et ses forces, d’identifier ses désirs, ses rêves et de comprendre ses réactions. C’est aussi la capacité d’aller chercher de l’aide en cas de besoin.
Métiers : Chercheurs, entrepreneurs, romanciers, sages, philosophes, mystiques, …
Élève  : est un être qui a besoin de réfléchir. Il perçoit bien ses émotions et ses besoins au niveau de l’apprentissage. Il se concentre facilement quand il est seul. Il n’aime pas être dérangé quand il est en posture réflexive.
Interpersonnelle Capacité à agir et réagir avec les autres, aider, collaborer, partager
L’intelligence interpersonnelle ou sociale permet à l’individu d’agir et de réagir avec les autres de façon correcte. Elle l’amène à constater les différences de caractère, de nature, de motifs d’action entre les individus.  Elle permet l’empathie, la coopération, la tolérance. Elle donne la possibilité de détecter les intentions de quelqu’un sans qu’elles ne soient  ouvertement avouées. Cette forme d’intelligence permet de résoudre des problèmes liés aux relations avec les autres; elle  permet de comprendre et de générer des solutions valables pour aider les autres.
Métiers : leaders, organisateurs, …
Élève :  sensible aux réactions et aux besoins de son entourage. Il préfère apprendre en coopérant avec les autres.  Il noue facilement des relations. Il est à l’écoute des idées des autres.
Linguistique Capacité à penser, saisir et exprimer des idées

L’intelligence  linguistique consiste à utiliser le langage pour comprendre les autres et pour exprimer ce que l’on pense. C’est l’intelligence des sonorités.
Métiers :  politicien, conférencier,  avocat, poète, écrivain, mais aussi les personnes qui ont à lire et à parler dans leur domaine respectif pour résoudre des problèmes, créer et  comprendre.
Elève : sensible à la forme de la communication et au sens des mots.  Il se concentre sur le langage oral et écrit. Il communique clairement. Sa mémoire est stimulée par des mots et des phrases bien construites.

Logico-Mathématique Capacité à raisonner, calculer, compter, résoudre des problèmes
L’intelligence logico-mathématique : c’est la capacité de logique, d’analyse, d’observation ainsi que celle de résoudre des problèmes. Ce type d’intelligence permet l’analyse des causes et conséquences d’un fait, l’émission d’hypothèses, la compréhension de phénomènes complexes, la manipulation des chiffres et l’exécution des opérations mathématiques.
Métiers: scientifique, informaticien, ingénieur, savant, comptable, médecin, mathématicien.
Elève : recherche des liens logiques entre des concepts et des idées. Il a besoin de formuler une hypothèse et de l’appuyer par des exemples. Il aime catégoriser et classifier.  Il utilise la déduction et l’abstraction.

Voici le test à effectuer : TEST INTELLIGENCE Fichier excel à télécharger

Petit clin d’œil sur l’intelligence…

Voici un produit que j’ai testé avec succès ! Il sent bon, nourrit le bois sans l’encrasser, nettoie, désinfecte, éloigne les insectes, respecte notre terre et ne coûte presque rien.

Voici la recette :

Dans un vaporisateur, verser :

  • 1 verre d’eau
  • 4 cuillères à soupe de vinaigre blanc
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 10 à 15 gouttes d’huile essentielle de citronnelle (ou autre de votre choix)

Bien mélanger avant l’emploi et entre chaque utilisation !

Bon ménage 🙂

 

Les neurotransmetteurs, les hormones du bonheur… Une petite explication et des astuces pour avoir sa dose quotidienne 🙂

Neurotransmetteurs ?

DOPAMINE : Hormone de bien-être que l’on active grâce au plaisir de la RÉUSSITE

Relever un défi, réussir un challenge, …

OCYTOCINE : Hormone de bien-être que l’on active grâce au plaisir de l’ATTACHEMENT

Acheter un cadeau pour un proche, agir pour le plaisir d’un être auquel on est attaché  nous procurera énormément de plaisir

SÉROTONINE : Hormone de bien-être que l’on active grâce au plaisir de la FIERTÉ

Etre fier de soi, ressentir le sentiment que l’on n’a pas perdu son temps

ANDORPHINE : Endort la douleur, hormone de bien-être que l’on active après un exercice SPORTIF

Le seul état qui actionne toutes les hormones de bien-être est l’état amoureux ! Voilà pourquoi c’est tellement fort, que l’on se sent tellement bien, super créatif. J’ai pu expérimenter l’augmentation de la mémoire, de l’intelligence, j’ai appris à me débrouiller en espagnol en quelques mois, mon amoureux ne parlait pas un mot de français… cela me donnait des ailes…

Bon, facile à dire… mais on  ne tombe pas amoureux tous les jours… comment faire pour actionner ces hormones qui rendent heureux…

Retenez ces 3 mots : Beau | Bien | Bon

BEAU : Savoir s’émerveiller avec ces 5 sens. S’émerveiller devant la beauté d’un paysage (oh que c’est beau !), s’émerveiller à l’odeur d’un parfum, s’émerveiller devant la douceur du poil d’un chat, s’émerveiller en goûtant un délicieux breuvage, … Cet émerveillement active la DOPAMINE

BIEN : S’appliquer et s’impliquer à faire quelque chose. Fier : Yes, je l’ai fait ! De toutes petites choses sont suffisantes pour activer la SÉROTONINE.  Bien mettre son vernis à ongles, nettoyer sa voiture, des petits gestes du quotidien que l’on a ‘bien‘ accomplis…

BON : Se tourner vers les autres augmente le bien-être, active l’OCYTOCINE. Il y a mille manières de se tourner vers les autres, rendre service, faire plaisir, partager, … Mmmh que c’est bon de sentir ce sentiment que l’on va faire plaisir à un être que l’on aime…

Essayez d’intégrer ces 3 états et de les activer dans votre quotidien le plus souvent possible… Vous serez de plus en plus heureux !

Don’t worry… Be Happy

 

Un constat : l’humain a souvent tendance à parler de ce qui va mal plutôt que de ce qui va bien. Les journaux parlés, les discussions entre proches, … Lorsque l’on sait qu’une émotion négative a beaucoup plus de poids qu’une émotion positive, en prendre conscience peut permettre de renverser la vapeur.

Essayons de travailler quotidiennement sur notre bonheur en transformant notre fonctionnement via 2 axes, se donner plus de plaisir et donner du sens à nos actes.

Différentes études ont démontrées que la qualité de notre bien-être dépendait à 50% de nos gênes (à cela on ne peut rien changer), 10% seulement de notre environnement (càd notre lieu de vie, notre confort, notre santé, notre milieu familial, notre aisance financière, etc…) et 40% à notre regard sur notre vie, notre paire de lunettes. Voir le verre à moitié vide ou à moitié plein… C’est avec la connaissance de soi, le travail sur soi, le développement personnel, la reconnexion à son corps, à son cœur que l’on peut augmenter ce paramètre. 40% c’est énorme ! Ce 40% sous-entend que le bonheur se joue au quotidien dans nos pensées, nos actions et non pas dans le résultat d’une recherche effrénée du bonheur.

 

Savoir que les périodes de crises, de souffrance, d’épreuves sont toujours là pour nous faire évoluer. Ne pas les nier donc et même si cela vous déroute, vous poser la question, mais pourquoi je vis cela ?, qu’est ce que j’apprends avec cette expérience ?, en quoi cela me touche ?.

Bien sûr, toujours analyser ce que votre corps ressent par rapport à cette situation compliquée. Considérer cela comme une alarme, ok qu’est ce qui se passe ? Est ce une peur ? Est ce que cela vient de moi ? Est-ce que cela vient de l’environnement ? Puis-je y changer qq chose ? Les sensations du corps ramènent à l’instant présent, le seul moment qui existe vraiment.

Savoir s’écarter des personnes nuisibles, savoir dissocier des pensées négatives, des suppositions à des faits ? Toujours relativiser face au moment présent ! Essayer de trouver ce que cette situation pénible nous apporte de positif car il y a toujours 2 faces à une pièce, si il y a ombre, il y a lumière !

 En cas de crise, stress :

  1. Bougez votre corps (exercices physiques)
  2. Relaxation (pour se reconnecter à l’essentiel, calmer les pensées négatives, revenir au moment présent)
  3. Voir ce qui a déjà été accompli
    Imaginez un escalier, vous vous trouvez au milieu, votre objectif est tout en haut, vous êtes découragé de voir tout ce chemin encore à parcourir… et si vous preniez la peine de jeter un coup d’œil à tout ce chemin déjà parcouru. On oublie souvent d’où on vient, toutes les épreuves que l’on a déjà surmontées, tout ce qu’on a déjà réalisé !
    Vous vivez une situation pénible, ou vous n’avez pas atteint ce que vous espériez, mais observez ce que vous avez déjà…

 

Un exercice que l’on devrait appliquer avec ses enfants ou en classe pour nous habituer à vivre positif est de poser la questions suivante quotidiennement : Raconte moi ce qui s’est passé de chouette aujourd’hui ?

Autre petite astuce : ne vous laissez pas décourager par les critiques et entourez vous de personnes bienveillantes ! C’est super important et cela change la vie !

Augmenter notre potentiel

Travailler avec vos forces

  • Lister toutes vos qualités, tous vos points forts, … – si vous avez tendance à vous sous estimer, chercher bien et demander à votre entourage, vous serez étonnez !
  • Lister les choses pour lesquelles vous êtes fiers
  • Lister les choses pour lesquelles vous avez de l’espoir

Exercice pratique :

  1. Dessiner une flèche qui part de 0 et arrive à 100%.
  2. Ecrivez en dessous des 100%, les différents points que vous devriez atteindre pour réaliser cet objectif (par ex un projet professionnel, un but relationnel ou tout simplement le bonheur).
  3. Prenez un peu de recul et mettez une croix à l’endroit où vous vous positionnez actuellement et lister ce qui est déjà fait sous cette croix
  4. Evaluez les différents paliers qui vous restent à franchir pour atteindre les 100% et ne soyons pas perfectionniste, 80% c’est déjà super !

 

3 clefs pour être bien :

  1. Prendre soin de soi avec bienveillance comme on le ferait avec son propre enfant
  2. Accepter sa vulnérabilité comme une force pour évoluer
  3. S’aligner sur ce qui fait du sens pour nous et se donner le droit

Sachez que penser positif, sourire, voir le verre à moitié rempli plutôt qu’à moitié vide, … permet à notre taux vibratoire de monter. Nous dégagerons donc une bonne énergie, cette énergie se dégagera de nous comme un rayonnement… et nous attirerons les situations, les personnes positives…

La procrastination est réellement un frein à l’évolution, on remet à demain, on fuit, on évite et on se sent mal… Ce comportement est souvent mal compris, mal jugé, ce n’est pas par flemme ou par fainéantise que l’on remet à plus tard, c’est par manque de confiance en soi. C’est par peur d’échouer, peur du regard des autres, besoin que ce soit parfait… donc on préfère ne pas faire… C’est un cercle vicieux…

Il est évident que je ne parle pas de remettre une tâche à demain une fois de temps en temps mais de la procrastination chronique qui consiste à repousser le moment de se mettre à une tâche, souvent jusqu’à son non accomplissement, avec un étouffant sentiment de culpabilité et de mal être.

Mais cette mauvaise habitude de reporter au lendemain conduit vers l’échec. Le problème, c’est qu’à force de se trouver des excuses et de remettre à plus tard, on finit par ne rien faire et sur le long terme, on perd sa confiance en soi. Souvent, on reporte au lendemain quand on est trop perfectionniste ou quand on a un tempérament impatient (on veut tout tout de suite et on se décourage trop vite).

Pour sortir de ce cercle vicieux, il n’y a qu’un remède, l’action et la persévérance… Pas évident pour un procrastinateur mais pas d’autre choix si il désire reprendre sa vie en main. Je pense qu’après avoir pris conscience des véritables raisons de ce comportement, un déclic pourra se déclencher pour rebooster Monsieur Plustard !

Sénèque disait : “En suivant le chemin qui s’appelle plus tard, nous arrivons sur la place qui s’appelle ‘Jamais’ !

Il s’avère qu’il y a beaucoup plus de personnes qui se disent procrastinateurs aujourd’hui qu’il y a 50 ans et la faute incomberait aux multiples ‘objets’ distrayants qui nous entourent : GSM, console de jeu, Télévision, …

Peut-être aussi, la mauvaise habitude d’avoir toujours quelqu’un pour les ‘sauver‘ in extremis. Les procrastinateurs comptent un peu trop sur les autres qui feront à leur place… Je pense que nous, parents, avons également une responsabilité dans ce comportement assez courant chez nos jeunes ados. Ce n’est pas toujours facile à accepter mais à force de se couper en quatre pour ‘sauver‘ nos enfants, pour trouver des solutions, pour les protéger, nous les empêchons de vivre leurs expériences qui leur permettrait d’apprendre de leurs échecs

Allez mes amis procrastinateurs ! Levez-vous et marchez ! dansez même ! Osez ! Lancez-vous ! Rien n’est grave, si c’est raté, on recommence et on apprend ! Rien n’est parfait et c’est très bien comme cela ! Arrêtez de foutre votre vie en l’air !